Terminologie et graphie en français : étude de la formation de néologismes des sciences et des techniques

par Jacques Boissy

Thèse de doctorat en Sciences du langage

Sous la direction de Pierre Lerat.

Soutenue en 1993

à Paris 13 .


  • Résumé

    Scientifiques et techniciens de haut niveau denomment eux-memes leurs decouvertes. Ils utilisent pour cela leur langue maternelle et doivent parfois user de signes, de codes etrangers ou non linguistiques. Du fait de l'absence de normes strictes applicables a la formation de neologismes, quelles sont les tendances graphiques de cette creativite linguistiquement incontrolee en francais ? le methode est basee sur un corpus d'exclusion de deux cent cinquante neuf dictionnaires specialises et l'expertise de quarante six specialistes. Le corpus depouille comprend les revues la recherche et science et technologie entre 1984 et 1991. L'etude presente trois parties : - part des signes graphiques autres que les lettres. Disparition de diacritiques (cedille, circonflexe, trema). La soudure remplace peu a peu le trait d'union. Role logogrammique du trait d'union apres un mot tronque homographique d'un formant classique pour distinguer des recomposes modernes de mots composes. Le symbole reste une unite non autonome hors des formations mixtes. - graphie et morphologie : le sigle syllabique perd ses points dans la derivation mais peut faire l'objet d'apocope. L'usage classique est suivi dans les amalgames qui utilisent le morpheme de coordination o. L'etymon commun d'emprunts avec des termes francais permet des calques apres derivation semantique. Problemes graphiques lies a la prononciation: les termes presentent au niveau graphophonique, un environnement en passe de deboucher vers des solutions simplificatrices.


  • Résumé

    High level scientists and technicians denominate their discoveries themselves. For this they use their mother tongue and sometimes have to employ signs, foreign or not linguistic codes. As a result of the absence of strict norms applicable to the formation of neologisms, which are the graphic trends of this creativity linguistically uncontrolled in french ? the method is based on a corpus of exclusion of two hundred and fifty-nine specialized dictionaries and on the expert evaluation of forty-six specialists. The perused corpus includes la recherche and science et technologie magazines from 1984 to 1991. This study presents three parts : -part of the graphic signs other than letters. Disappearance of diacritic marks (cedilla, circumflex, dieresis). The welding replace the hyphen progressively. Logogramic role of the hyphen after a truncated homographic word of a classical formant to distinguish modern recompound words from compound ones. The symbol remains a non-autonomous unity apart from mixed formations. - written form and morphology : the syllabic acronym loses its dets in the derivation but can be the subject of apocope. Classical usage is followed in the amalgams which employ the coordinating morphem o. The common loan etymon with french terms allows "calques" after semantic derivation. - graphic problems linked pronunciation : the terms present at the "graphophonic" level an environment on the way to

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (518 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 13 (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis). Bibliothèque universitaire. Section Droit/Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 1993 006
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.