J. M. G. Le Clezio : le roman en question

par Michelle Evanno-Labbe

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises

Sous la direction de Colette Astier.

Soutenue en 1993

à Paris 10 .


  • Résumé

    Quelles relations, J. M. G. Le Clézio, engage dans une quête spirituelle, entretient-il avec le genre romanesque? Le roman est en question dans son œuvre sur plusieurs plans. Il rejette la linéarité du temps et le déterminisme social, psychologique, attribues au roman du XIXe siècle, dans une sorte de violence identificatoire. Pour rompre avec l'occident, il préconise un renoncement aux valeurs établies qui passe par l'ascèse. L'écriture se redéfinit comme recherche d'un langage affectif et de rythmes, proche de la poésie, rejoignant le silence. Dans ses romans, il utilise personnage, temps et récit mais en les déformant. Le personnage, indéterminé, se rattache au mythe et permet d'établir un pacte narratif ou se confondent protagoniste, auteur et lecteur dans une communauté des faiblesses et aspirations. Le temps perd sa linéarité causale pour se présenter dans la diversité d'expériences liées aux genres : conte, mythe, prophétie. Le récit refuse la mise en intrigue, se fracture sans cesse, surtout dans les premiers romans, et instaure une circularité, symbole de transcendance. Virtualité, évanescence et ambiguïté deviennent signes de l'être et fondent l'esthétique. Le roman parait contraire à l'exigence de vérité que suppose la quête. Cependant, par sa valeur d'image, il s'avère forme privilégiée pour éviter la clôture du sens, faire surgir l'ineffable, assurer la communication avec le lecteur. La réception des premières œuvres est problématique en raison d'une incessante redéfinition du code de lecture ; les derniers romans, plus cohérents, encourent un autre risque : celui de dissimuler la quête sous la dominante de la fiction. L'originalité de le Clézio résiderait dans la définition d'une poétique du silence et d'un

  • Titre traduit

    J. M. G. Le Clezio : novel put into question


  • Résumé

    What are, in le Clezio's work, the interrelations between his quest to achieve essentiality and fictional form? The novel is put into question, in many ways. He refuses language as an instrument of domination, rejects linear time and both social and psychological determinism, regarded as characteristic of nineteenth-century novel. He wants to give up the inherited and established values of the west by renouncing the world as well as literature. The act of writing is defined as a search for an affective, rhythmic language, close to poetry, tending towards silence. In his novels, he uses characters, time and narrative but distorts them. The character, in his indeterminacy, is linked to myth and allows hero, writer and reader to meet and merge in a community of failures and aspirations. Time loses its causality to give rise to a diversity of experiences connected with literary genres: fairy tale, myth, prophecy. . . The narrative which rejects plot, is continually fragmented, especially in the first works. Beyond the breaking of the story, circularity appears as a symbol of transcendence. Virtuality, ambiguity and evanescence emerge as signs of being and the basis of aesthetics. The novel seems primarily opposed to the inescapable need to find truth. Nevertheless, with its value as an image, it emerges as a privileged form to keep meaning open, to give rise to the ineffable and ensure communication with the reader. The reader's reception of the first works is problematic owing to constant alterations in the reading code, while the last novels.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (518-[7] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 495-508. Notes bibliogr. Index

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T93PA10151
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.