Le lieu commun dans "les mémoires" de Cendrars : un mémorial d'écriture

par Raphaëlle Desplechin

Thèse de doctorat en Langues et littératures françaises

Sous la direction de Claude Leroy.

Soutenue en 1993

à Paris 10 .


  • Résumé

    Après quatre ans de silence, Cendrars écrit l’homme foudroyé en 1943, qui sera suivi de la main coupée, de bourlinguer et du lotissement du ciel. Ces quatre livres que Cendrars qualifiera de "mémoires sans être des mémoires" inventent l’écriture polymère et volontairement cryptée. C’est en mettant ces quatre livres, qu’on appellera quatuor, à l’épreuve de ses affirmations, de ses obsessions qu’on en découvrira le sens. Le quatuor entretient la mémoire de l’œuvre cendrarsienne que l’on peut lire en palimpseste. Mais le quatuor constitue aussi la transmission brute d’une expérience qui ne représente pas qui s’applique comme principe d’écriture. Le processus de démembrement est à l’œuvre dans l’écriture elle-même il faut lotir le monde et le texte, répéter l’expérience de l’amputation revivre la blessure créatrice qui donna naissance au poète gaucher utilisant le chiffre emprunte à la tradition de l’art de la mémoire le quatuor retrace l’expression nazaréenne vécue par Cendrars. Le chant du poète est un chant de nécromancien et la quatuor un tombeau littéraire, empruntant aux rites mortuaires certains usages : les épitaphes, les ex-voto, les reliques d’autres textes. Cette œuvre morale offre aux défunts un espace dans la mémoire. Le corps marque est devenu texte martyr, témoin de l’expérience que le lecteur partage

  • Titre traduit

    The commonplace in Cendrars'memorials a memorial of writing


  • Résumé

    After four years of silence, Cendrars started to write l homme fourdroye in 1943, followed bu la main coupee, bourlinguer and le lotissement du ciel. These four books that Cendrars called "memorials that are not memorial" invent the polymere writing volontarily criptical putting the text to the test of its own assertions and obsessions; one can discover its meaning. The quartet keeps alive the memory of all the work of Cendrars that can be read in palimpseste. But the quartet composes also the crude transmission of an experience that does'nt represent anything but that is the principle of the writing. The process of dismemberment is present in the writing itself. The world and the text must be divided, the experience of the amputation must be repeated and the creative injury that gave birth to the left-handed poet must be lived again. Using the code taken from the tradition of the art of memory, the quartet relates the experience of lazareus, close to cendrars'expression. The song of the poet is the song of a necromancer and the quartet is a litterary grave, taking certain uses in the mortuary ritual : epitaphes, ex voto and relics of other texts.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (397 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. 365-389. p. Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T93PA10131

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Lille. Service commun de la documentation. Bibliothèque universitaire de Sciences Humaines et Sociales.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : 1993PA100131
  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.