Les routiers : contribution à une sociologie politique des groupes d'intérêt

par Guillaume Courty

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Hugues Portelli.

Soutenue en 1993

à Paris 10 .


  • Résumé

    Cette thèse a pour objet de revenir sur un paradigme oublié de la science politique française contemporaine, celui que les politologuqes américains dénomment l'Interest Group Theory. La reformulation des hypothèses de travail de ce paradigme a été testée sur un groupe social peu étudié en France: les routiers. Cette thèse entend apporter une contribution à la réflexion sur la formation d'un stock de formes d'organisations disponibles dans la France contemporaine. L'exemple des routiers permet de restituer comment les différentes catégories sociales qui ont utilisé ce terme ont mis une cinquantaine d'années (de 1880 à 1930) avant de se regrouper dans des organisations structurées de représentation de leurs intérêts et d'arriver à se faire entendre des pouvoirs publics. La première partie retrace la fabrication des stéréotypes et de la mythologie des routiers et leur incidence sur les syndicats qui doivent composer avec ces stigmates pour regrouper ces individus. Ces stigmates permettent également de saisir les individus qui sont acceptés ou recherchés par les routiers pour plaider leur cause (et plus généralement tous ceux qui se présentent comme capables d'apporter une solution à leurs problèmes). La deuxième partie montre pourquoi les groupements de représentation des routiers ne sont pas plus une entreprise économique qu'un parti politique. Ces groupements ne veulent pas être considérés comme de simples représentants d'intérêts catégoriels. Ils croient au contraire oeuvrer pour l'intérêt général. A travers ce rapport particulier avec le politique apparaît un nouvel aspect: la formation du stock.

  • Titre traduit

    Teamsters: contribution to a political sociology of interest groups


  • Résumé

    This thesis aims at bringing up again a paradigm laid aside by the French contemporary political science, which the American political scientist have called the interest group theory. This new formulation of the hypothesis of the paradigm was tasted on a social group which had been little taken into account before: teamsters this thesis proposes to bring a contribution to the reflection on the formation of a stock of organizations available throughout contemporary France. The example of teamsters enaibles us to understand how the different social categories which used this term about 50 years before they gathered into structured organizations representing their interests and they succeeded in making themselves heard by the authorities. The first part tells about the making of the stereotypes and the mythology of teamsters and the impact they had on the trade unions which have to deal with these stigma in order to rally members. These stigma make it possible too, to single out the representatives likely to be accepted or sought after by teamsters to speak in their favour (and more generally all those who claim to be able to bring a solution to their problems). The second part shows now the teamsters trade unions representation groups are neither an economic company nor a political party. These groupings do not want to be simply regarded as differential interest representatives. On the contrary, they think they are contributing to the common interest.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 378-lxxiii f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T 93 PA10-35

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.