Etude de la reponse immunitaire dirigee contre l'hormone chorionique gonadotrope humaine

par Nathalie Rouas-Freiss

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Dominique Bellet.

Soutenue en 1993

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'hormone chorionique gonadotrope humaine (hcg) est une glycoproteine formee par l'association non covalente de deux sous-unites alpha et beta. L'hcg, secretee physiologiquement par les cellules trophoblastiques a un stade precoce de la grossesse, joue un role essentiel dans le developpement placentaire. Des processus autoimmuns impliquant l'hcg seraient a l'origine d'infertilites feminines. De plus, cette hormone est un antigene (ag) pour definir un vaccin controlant la fertilite. L'hcg et ses sous-unites libres sont aussi produites par des tumeurs et constituent ainsi des cibles potentielles pour une immunotherapie antitumorale specifique. L'etude de la reconnaissance immune de l'hcg est donc importante pour comprendre le role de l'hcg dans les processus autoimmuns et pour preciser son eventuel interet clinique pour le controle de la fertilite ou l'immunotherapie. Dans ce but, nous avons developpe des modeles experimentaux puis analyse la reponse immune a l'hcg lors de situations pathologiques chez l'homme. Dans un premier temps, le travail a ete realise chez la souris et a eu pour but d'etudier la reponse t cd4+ dirigee contre l'hcg et ses sous-unites. L'analyse de cette reponse polyclonale a montre que des lymphocytes t presents dans les ganglions lymphoides de souris immunisees avec l'hcg alpha reconnaissent de facon identique le dimere et la sous-unite alpha libre. Puis, l'etude s'est portee au niveau clonal en produisant des hybridomes t specifiques des sous-unites alpha et beta de l'hcg. A l'oppose du resultat precedent, nous avons alors etabli que des hybridomes t produits contre la sous-unite a reconnaissent celle-ci sous forme libre mais non associee a la sous-unite beta. Cette observation montre l'importance de la structure quaternaire d'une proteine sur sa presentation aux lymphocytes t. Nous avons finalement analyse le role joue par la cellule presentatrice d'ag (cpa) dans la difference de reconnaissance de la sous-unite alpha libre ou associee. Ce travail a permis de demontrer que, contrairement a des splenocytes non immuns ou au lymphome b a20, des cpa possedant un recepteur specifique de l'ag presentent l'hcg aussi efficacement que la sous-unite alpha libre. Ainsi, suivant le mecanisme d'internalisation du dimere, les modalites de presentation seraient differentes et genereraient ou non le determinant reconnu par les hybridomes t specifiques de l'hcg alpha. L'ensemble de ces travaux apportent des elements de comprehension des mecanismes de presentation de l'ag. Sur la base de ces donnees experimentales, nous poursuivons cette etude lors de situations physiopathologiques chez l'homme. Ce travail porte sur l'analyse de la reponse proliferative de lymphocytes t circulants issus de sujets produisant l'hcg et/ou ses sous-unites (femmes enceintes et patients atteints de tumeurs urotheliales secretrices de la sous-unite beta libre). Les premiers resultats montrent que seuls des patients atteints de tumeur secretrice developpent une reponse immune dirigee contre l'hcg beta. La perspective de ce travail est d'apprecier l'interet d'une immunotherapie specifique des tumeurs de la vessie basee sur l'elaboration d'un vaccin dirige contre l'hcg beta

  • Titre traduit

    The study of the immune response to human choriogonadotropin


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 135 P.
  • Annexes : 350 REF.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1993
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.