Origine structurale de la superactivite des gonadotropines humaines hlh et hcg sur les cellules de leydig de rat

par FLORENCE APPARAILLY

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Yves Combarnous.

Soutenue en 1993

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les hormones gonadotropes sont des glycoproteines heterodimeriques d'origine hypophysaire ou placentaire qui jouent un role central dans la regulation des fonctions gonadiques. Notre laboratoire a precedemment observe sur les cellules de leydig de rat in vitro que, si les activites relatives de liaison des gonadotropines de diverses especes aux recepteurs lh etaient similaires entre elles, quelques hormones presentaient des activites relatives de stimulation de la production d'ampc et de testosterone considerablement superieures. Ce comportement particulier a ete designe sous le nom de superactivite et permet une meilleure comprehension des mecanismes moleculaires mis en jeu dans la transduction du message hormonal. Nous avons montre que: 1) la lh humaine (hlh) presente le meme comportement que la cg humaine (hcg), sur les cellules de leydig de rat in vitro. Ceci demontre que la superactivite des deux gonadotropines humaines est etroitement correlee a l'espece d'origine et non pas a l'organe de synthese. 2) la sous-unite est responsable de la superactivite des gonadotropines humaines. 3) les acides sialiques de la chaine n-glycannique situee sur l'asn-30 de la sous-unite des gonadotropines humaines sont impliques dans ce comportement particulier. Cette etude nous a egalement conduit a mettre en cause l'utilisation par d'autres de peptides synthetiques dans l'etude des relations structure/activite des hormones gonadotropes

  • Titre traduit

    Structural origin of the human gonadotropin (hlh and hcg) superactivity in rat leydig cells


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 160 P.
  • Annexes : 141 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1993
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.