La voie du compromis : mariage et concubinage europeano-maghrebins en lorraine

par Noah Derfouli

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Robert Cresswell.

Soutenue en 1993

à Paris 5 .


  • Résumé

    L'etude a pour objet les couples composes d'un partenaire issu de l'immigration maghrebine et d'un partenaire d'origine europeenne. A partir du postulat que les partenaires connaissent des resistances, la question centrale est de decouvrir et de distinguer les strategies qu'ils developpent pour faire admettre leur exogamie. L'exploitation d'un echantillon d'entretiens conduit a recenser les conditions dans lesquelles les partenaires choisissent tel ou tel type d'union, la presentent comme provisoire ou permanente, la revelent ou la taisent a leur entourage, les alliances qu'ils se menagent et celles qu'ils ecartent et les pretextes invoques pour justifier ou convaincre de leur option. Le paradigme de transaction sert a la decouverte des zones d'ombre et d'ambiguite. Des categories sont elaborees selon trois variables : le sexe, la forme de conjugalite et le groupe d'appartenance. Ainsi sont degagees les caracteristiques de ce type de mariage : nous observons systematiquement une rupture des maghrebines avec leurs parents, une mise en garde insistante adressee a leurs fils par les parents independamment de leur appartenance ethnique. En revanche, le concubinage est par excellence le lieu ou les compromis sont envisages et realises. Le succes des strategies est evalue au regard des choix culturels operes, du maintien des relations familiales et du respect de quelques rituels. Se trouve confirmee l'hypothese paradoxale selon laquelle les concubins, specialement les femmes maghrebines, en depit de l'opprobre traditionnel, parviennent a faire admettre a la fois la pertinence du concubinage et la legitimite de leur choix exogamique.

  • Titre traduit

    The way of compromise : european-north african marriadge and cohabitation in lorraine


  • Résumé

    This study focuses on couples where one partner is from a north african immigrant background and the other partner is of european origin. On the premise that partners meet with resistances, the central question is to discover and distinguish the strategies they develop to have their exogamous choice accepted. The examination of a sampling of interviews leads to an inventory of the conditions in which the partners choose the type of union, present it as temporary or permanent, reveal or conceal it to the people round them, the pacts they construct and those they set aside, and the pretexts they invoke to justify or convince others of their choice. The paradigm of transaction is used to bring shady areas and ambiguities into the open. Categories are drawn up according to three variables : sex, form of union, and ethnic origin. In this way the characteristics of this type of marriage are brought out : rupture between north african women and their parents, insistant warmings to sons, whatever their ethnic origin, are both systematically observed. On the other hand, cohabitation is the situation "par excellence" where compromises are envisaged and put into practice. The success of strategies is assessed with regard to the religious choices made, the preservation of relationships with the family, and the respect of certain rituals. The paradoxical hypothesis according to which cohabitants, especially north african women, despite traditional opprobrium, manage to have both the pertinence of cohabitation and the legitimacy of their exogamic choice acknowledged, is confirmed.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (334, 217 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 16756-<1,2>
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.