Incidence de la dépression chez les homosexuels masculins hospitalisés pour infections au V. I. H.

par Nicole Marchand-Gonod

Thèse de doctorat en Psychologie

Sous la direction de Daniel Widlöcher.

Soutenue en 1993

à Paris 5 .


  • Résumé

    Methods : rating scales to evaluate depressive symptoms : - hdrs (hamilton, 1974) ; "ralentissement depressif" (widlocher & all. 1983) - a semi-directive interview about the history of these in-patients who were chosen at random. Results : according to our study, it seems that : 1) depressive tendencies are reduced : - when homosexuality is known and accepted by family before infection ; - when the patient has requested himself the hiv serology ; - wherever he lives with his sexual partner or involves himself in a gratifying activity (ie. Professional, social ou else). 2) risks are rising : - when recent affective loses occur (death or rejections of all sort) ; - by an accelerated evolution of the opportunistic infections agents, increasing the rate of hospitalisations ; its duration as well as physical deterioration. Conclusion : among these 30 in-patients : - 9 (30 %) were not depressed at the time of the research - 21 (70 %) were showing a depressive condition.


  • Résumé

    Méthode : échelles d'évaluation de la dépression : - hdrs (hamilton, 1974) ; - ralentissement dépressif (Widlocher & coll. 1983) ; - questionnaire semi-directif portant sur l'anamnèse des patients hospitalisés, choisis "au hasard". Résultats : d'après notre étude, il apparait que : 1) le risque dépressif diminue : - quand l'homosexualité est connue et acceptée par la famille avant la séropositivite ; - quand le patient a fait lui-même une demande de sérologie ; - quand il a un partenaire affectif stable et quand il est investi dans des activités valorisantes (professionnelles, sociales ou autres). 2) le risque augmente : - quand il existe des pertes affectives récentes (deuils ou abandons de toutes sortes) ; - quand les infections se multiplient ainsi que les hospitalisations : durée de la maladie d'autant que la détérioration physique qui lui est liée. Conclusion : sur 30 patients : - 9 (30 %) ne sont pas déprimés au moment de l'entretien ; - 21 (70 %) souffrent de dépression.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (282 f.)
  • Annexes : Bibliogr. : 214 ref.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Descartes-Bibliothèque de psychologie Henri Piéron (Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Service commun de documentation.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 273051
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 16769

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 1371
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.