Réactivité bronchique après transplantation pulmonaire syngénique chez le rat : Relation avec l'interruption de l'innervation bronchique

par Seyed Reza Tavakoli Taba

Thèse de doctorat en Médecine

Sous la direction de Nelly Frossard.

Soutenue en 1993

à Paris 5 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Ce travail s'inscrit dans une recherche des facteurs pouvant contribuer à l'hyperactivité bronchique constatée chez les patients ayant bénéficié de transplantation pulmonaire. Pour ce faire, nous avons mis au point et utilisé une préparation expérimentale représentée par la transplantation pulmonaire syngénique unilatérale gauche chez le rat, dépourvue de phénomène de rejet et pour laquelle aucun traitement n'est nécessaire. Nous avons mis en évidence, sur la bronche isolée, une hyperréactivité bronchique sous l'effet de la stimulation par champ électrique un mois après transplantation pulmonaire chez le rat. La réponse bronchique est liée à la libération d'acétylcholine (ACh) endogène. Or, la réponse bronchique à l'ACh exogène est inchangée après transplantation pulmonaire, suggérant qu'il n'existe pas d'hypersensibilité des récepteurs muscariniques cholinergiques du muscle par liaison de radioligand nous a permis de confirmer cette hypothèse en montrant que les types de récepteurs muscariniques caractérisés pharmacologiquement (M1, M2, M3) n'étaient pas modifiés après transplantation. Nous avons ainsi émis l'hypothèse que l'hyperréactivité bronchique observée à la stimulation par champ électrique est due à une libération accrue d'ACh endogène liée à une hyperexcitabilité des neurones ganglionnaires parasympathiques et/ou à une perte des mécanismes inhibiteurs de cette innervation, perte secondaire à l'interruption de l'innervation pulmonaire. Parallèlement, nous avons mis en évidence in vitro sur la bronche isolée, une hyperréctivité bronchique, au médiateur mastocytaire chez le rat, la 5-hydroxytryptamine (5-HT), après transplantation pulmonaire. La réponse bronchique à la 5-HT est liée à l'activation des récepteurs 5-HT2 dont l'affinité apparente n'est pas modifiée après transplantation pulmonaire. Cette hyperréactivité bronchique à la 5-HT n'est pas secondaire à une libération d'ACh endogène et pourrait être liée à une augmentation de la densité des récepteurs 5-HT2 associée ou non à des modifications des cellules contenant la 5-HT, les mastocytes pulmonaires.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (80 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de santé (Paris). Pôle médecine et odontologie.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.