Empirisme et dynamique classique dans la théorie du champ électromagnétique de J. Clerk Maxwell

par Louis Barrois

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Maurice Clavelin.

Soutenue en 1993

à Paris 4 .


  • Résumé

    In order to build the second great synthesis of classical physics around 1865, marwell borrowed ampere's interaction pattern, the hypothesis of currents in magnets and the solenoidal equation. In faraday he found extensive empirical contents concerning dielectrics and induction, as well as the idea of the field associated to an action by degrees. The extension and formalization of these concepts is firstly carried out using mechanical models as supports then by introducing the displacement current. Lacking precise knowledge of dielectrics, this hypothesis was intended to enable light to be expressed as an electromagnetic wave. Recourse to the lagrange's dynamics stabilizes the intuitions. The electromagnetic interpretation of the interaction between two circuits enables mechanical effects to be deduced from electromagnetic effects. Mexwell's epistemology shows traces of this path wich arrives at a new theoretical term, i. E. The field associated with a system of equations. This theoretical term leaves off where einstein's research starts.

  • Titre traduit

    Empiricism and classical dynamics in j. Clerk maxwell's theory of electromagnetic fields


  • Résumé

    Pour realiser vers 1865 la seconde grande synthese de la phyique classique, maxwell a emprunte a ampere le schema d'interaction entre circuits, l'hypothese des courants dans les aimants etl'equation solenoidale. Chez faraday, il trouve un contenu empirique etendu relatif aux dielectrique et a l'induction, ainsi que l'idee du champ associe a une action de proche en proche. L'extension et la formalisation de ces notions seffectue d'abord selon le support de modeles mecaniques, puis par l'introduction du courant de deplacement, hypothese destinee, en l'absence d'une connaissance precise des dielectriques, a premettre l'expression de la lumiere comme onde electromagnetique. Le recours a la dynamique de lagrange assure a stabilisation des instuitions. L'interpretation electrocinetique de l'expression langrangienne de l'interaction entre deux circuits permet de deduire les effets mecaniques des effets electromagnetiques. L'epistemologie de maxwell porte trace de ce parcours, dont l'aboutissement, un nouveau terme theorique, le champ, associe a un systeme d'equations, se situe au point de depart de l'entreprise d'einstein.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (309 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 2563
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 16602

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 1026
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.