Domaine et domanialité publique dans la France médiévale : XIIe-XVe siècles

par Guillaume Leyte

Thèse de doctorat en Histoire du droit

Sous la direction de Albert Rigaudière.

Soutenue en 1993

à Paris 2 .


  • Résumé

    L'objet de ce travail est de mettre a jour les origines medievales de la domanialite publique. L'edit de moulins, de 1566, est un acte auquel on se refere generalement comme point de depart du droit domanial. En realite, ce texte n'est qu'une etape preparee par plusieurs siecles de reflexion doctrinale et par une longue pratique de la monarchie. En outre, la notion de domanialite se generalise au moyen age. On la trouve aussi dans les villes, ou espaces publics, ouvrages de defense et ouvrages publics sont strictement affectes a l'usage de tous. Dans un premier temps, la notion meme de domanialite publique est degagee, d'abord a travers le droit savant, puis la legislation royale et la jurisprudence, dans la pratique des villes enfin. On constate que, dans tous les cas, des ensembles de biens se trouvent affectes a des finalites particulieres, dominees par l'utilite et l'interet publics. Dans un second temps, le regime juridique des biens publics est aborde. Il fait ressortir encore davantage, par son caractere exorbitant du droit commun, leur nature exceptionnelle, a laquelle inalienabilite et imprescriptibilite s'attachent tres tot.

  • Titre traduit

    Domain and public domaniality in medieval france ( 12th. - 15th centuries )


  • Résumé

    The purpose of this thesis is to show the origins of the public domain in medieval france, where the "edit de moulins", of 1566, is generally considered as the first statute declaring the inalienability of the crown lands. In fact, the glossators, much earlier than the 16th century, have established that the public possessions had a particular nature. The french monarchy has also tried to give a special juridic regime to her goods. In the towns too, streets, places, bridges are subject to public usage and utility. The first part of this work tends to analyze the notion of domaniality throughout juridic doctrine, royal legislation and jurisprudence, and town statutes. The second part shows how a specific regime is attached to public possessions, linked to public interest and public utility.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1996 par Presses universitaires de Strasbourg à Strasbourg

Domaine et domanialité publique dans la France médiévale, XIIe-XVe siècles


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (524 f.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de l'Arsenal.
  • Disponible sous forme de reproduction pour le PEB
  • Cote : TG1521-1993-1
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : DT1993-60

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service commun des bibliothèques. Bibliothèque de recherche juridique.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : MICROF/LEY
  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1521-1993-26
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.
Cette thèse a donné lieu à 1 publication .

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 1996 par Presses universitaires de Strasbourg à Strasbourg

Informations

  • Sous le titre : Domaine et domanialité publique dans la France médiévale, XIIe-XVe siècles
  • Détails : 1 vol. (444 p.)
  • ISBN : 2-86820-140-7
  • Annexes : Bibliogr. p. [21]-49. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse ?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.