Pour une archéologie de l'audio-visuel à travers une production personnelle : pour une poétique de la projection

par Cécile Ravel

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean Lancri.

Soutenue en 1993

à Paris 1 .


  • Résumé

    La recherche porte sur l'histoire des projections lumineuses de la fin du XVIIe à la première décennie du XXe, et se concentre sur le passage de l'image fixe à l'image animée. De 1892 (avec les pantomimes lumineuses d'Émile Reynaud) à 1910 (début de la normalisation de la projection cinématographique) se développent des formes de spectacles lumineux mélangeant projection cinématographique et projection au moyen de lanterne magique. La pratique des projections de cette époque se caractérise par des traits marquants qui constituent la base d'un travail plastique personnel et permettant de définir une poétique de la projection. D'autre part, l'archéologie de la lumière, de l'antiquité à Descartes, réactualisée dans la littérature fantastique du XIXe révèle une poétique du rayon lumineux qui est réinvestie dans mon travail. Le modèle archéologique est donc réinterprété à l'intérieur de réalisations audio-visuelles personnelles qui opèrent le passage synchronique et diachronique de l'image fixe à l'image animée: - une pièce de théâtre utilisant le diaporama; - trois réalisations audio-visuelles mélangeant cinéma et diaporama; - un film 16mm.

  • Titre traduit

    A plea for the archaeology of audio-visual techniques through personal work : a plea for the poetic use of projection


  • Résumé

    This study deals with the history of light projections from the end of the XIXth century to the first decade of the XXth century, and dwells at great length on the passage from still to animated projection. From 1892 (with emile reynaud's "pantomimes lumineuses") to 1910 (the beginning of the motion picture standardisation), a certain kind of light show arises combining motion pictures with transparencies. The projection habits of that time can be characterized by specific features underlying a personal artistic work as well as making it possible to definethe poetic nature of projection. Besides, from the antiquity to descartes, the archaeology of light, actualized again in the sciencefiction novels of the xixth century, reveals a poetical approach to the luminous beam which is used again in our work. The archaeology of audio-visual practises is reinterpreted as a model within some personal audio-visual works according to a synchronic and diachronic passage from still pictures to animated ones : - a play using slide projections; - three audio-visuals creations combining motion picture and slide projections; - a 16 mm film.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (298 f., [54] f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Pierre Mendès France (Paris).
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : R 93 ! 73
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 16721-<1,2>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 1138
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1186
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.