Caractérisation par microsonde laser LAMMA de poussières de mine de charbon et recherche de nouveaux paramètres de nocivité spécifique

par Jean-Luc Tourmann

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Jean-François Muller.

Soutenue en 1993

à Metz .


  • Résumé

    Les connaissances étiopathogéniques sur la pneumoconiose du houiller (improprement dénommée silicose) sont très fragmentaires bien que le rôle du quartz ait souvent été mis en avant. Mais les données épidémiologiques ou les données de nocivité expérimentale des poussières de mine (résultats des tests in vitro ou in vivo) sont rarement corrélées avec la teneur en quartz des poussières. Ces observations contradictoires suggèrent l'existence de paramètres de modulation de la nocivité du quartz et/ou de paramètres de nocivité indépendants du quartz. Notre approche méthodologique est fondée sur la caractérisation des poussières au niveau de la particule individuelle grâce aux analyses par microsonde laser LAMMA. Elle consiste à identifier les éléments (ou combinaisons d'éléments) dont l'incidence au sein de la population des particules analysées révèle des corrélations avec les données épidémiologiques ou de nocivité expérimentale. Les résultats montrent (en accord avec deux d'autres auteurs) que les contaminations de la surface du quartz peuvent être envisagées comme paramètre modulant la nocivité du quartz des poussières de mine, voire comme paramètre de nocivité spécifique (c. A. D en accord avec l'épidémiologie). Mais l'ensemble des travaux propose surtout d'attribuer au fer (et certains autres métaux lourds) un rôle gouvernant la nocivité des différentes phases minérales associées aux poussières. Les connaissances acquises permettent également d'envisager un principe toxique similaire à celui discute pour les fibres d'amiantes (propriétés oxydo-réductrices des surfaces des particules), voire d'esquisser une hypothèse étiopathogénique. Ce travail ouvre de nombreuses perspectives d'applications en hygiène industrielle concernant l'élaboration, sur des bases scientifiques, de valeurs limites d'empoussiérage dans les mines de charbon ou d'autres industries extractives

  • Titre traduit

    LAMMA-laser microprobe characterization of coal mine duts and search for new parameters of specific harmfulness


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Etiopathogenesis and the role of quartz in the development of coalworkers' pneumoconiosis (improperly called "silicosis") are still a matter of debate. Epidemiological or experimental toxicity and/or non-quartz related toxic determinants. Our methodological approach relates to single particle analysis of coal mine dusts using laser microprobe mass analysis. It is based on the determination of the incidence (within a particle population) of elements (or combinations thereof) which reveal a correlation with epidemiological or experimental toxicity data. Results demonstrate (in agreement with former studies) that surface contaminations of quartz may be considered as a parameter of specific harmfulness (i. E. In agreement with epidemiological data) which modulate the quartz-related toxicity of coal mine dusts. However, most of the results suggest that iron (and other heavy metals) is a more relevant toxicity determinant. An etiopathogenic hypothesis and a toxic principle based on surface-related oxydative properties of dusts particles are presented (as actually discussed for asbestos fibres). This work opens new perspectives in indutrial hygiene for studies aiming at the assessment of occupational exposure limits in mining industries

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (181 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 165-181

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèques Metz et Moselle.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.