Le rôle des intermédiaires financiers dans le financement des petites et moyennes entreprises au Sénégal

par Ousmane Biram Sané (Sane)

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Bernard Courbis.

Soutenue en 1993

à Lyon 2 .


  • Résumé

    Les stratégies de développement économique initiées au debut des années 1980 dans les pays en développement notamment ceux d'Afrique subsaharienne accordent une grande importance à la promotion de l'initiative privée. Au Sénégal, la promotion des petites et moyennes entreprises reste une préoccupation majeure des pouvoirs publics. Toutefois le financement de cette catégorie d'entreprises pose des problèmes, en ce sens qu'elles n'ont pas toujours pu trouver des réponses adéquates à leurs besoins et attentes auprès des intermédiaires financiers. La présente étude cherche à identifier les facteurs qui expliquent une telle situation d'une part, et d'autre part elle pose les axes des voies alternatives pour favoriser le financement des PME. L'étude révèle que les banques et établissements financiers demeurent réticents à financer les PME. Jugées comme des clients à hauts risques et à faible rentabilité. Cette situation a suscité un climat d'incompréhension et de méfiance entre banquiers et entrepreneurs. Les premiers reprochent aux seconds leur manque de fonds propres, la faiblesse de leurs garanties et leur méconnaissance des bonnes règles de gestion. A l'inverse les entrepreneurs dénoncent l'absence de prise de risques de la part des banquiers et leur préférence pour les grandes entreprises. Face à une telle situation nous préconisons le renforcement de l'intermédiation financière en faveur des PME grâce à la poursuite et à l'amélioration de l'intermédiation financière étatique, une meilleure prise en compte de l'intermédiation financière informelle et enfin la promotion de l'intermédiation financière semi-formelle.

  • Titre traduit

    ˜The œrole of financial intermediairies in financing small and medium businesses in Senegal


  • Résumé

    The economic development policies which are adopted at the beginning of the years 1980 in developing countries specially in subsaharian Africa, take a great consideration about the promotion of volontary effort. In Senegal, the promotion of small and medium businesses remains one of the most important care of the authorities. However, the financing of this kind of businesses is not always easy, because they are not able to find the right answers to their needs and expectations from financial intermediaries. This present research aims to identify the factors explaining such a situation in one hand, and in the other hand, it sets the axis of alternatives lines to promote the financing of the small and medium businesses. The research shows that the banks and financial establishments remain unwilling to finance the small and medium businesses which are considered as customers of high risks and weak profitability. This situation raised up a lack of understanding and distrust between bankers and businessmen. The first one reproach the seconds their deficiency of private funds, the weakness of their warranties and their misreading about good rules of management. At the other hand, the businessmen denounce the lack of risks for bankers and their preference to big firms.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : THESE NON CORRIGEE

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Lumière. Service commun de la documentation. Bibliothèque Chevreul.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.