La subversion des apparences dans les romans de Barbara Pym

par Linda Richard

Thèse de doctorat en Littérature anglaise

Sous la direction de Philippe Jaudel.

Soutenue en 1993

à Grenoble 3 .


  • Résumé

    Le texte pymien présente les apparences d'un réalisme conformiste : non seulement des techniques narratives innovantes en sont absentes mais l'histoire se confine à un petit monde sans envergure. Le caractère familier de ces récits provient d'une part du référentiel, axe sur les menus détails d'un quotidien banal, et d'autre part de l'utilisation de codes culturels aisément reconnaissables : ceux d'une société patriarcale. Or, ces deux ressorts du réalisme classique servent simultanément à accentuer la vraisemblance de l'histoire et à la mettre en doute : par conséquent, le technique parodique, qui semble d'abord établir des dichotomies simplistes, finit par créer une incertitude. Ainsi, si stéréotypes, clichés et platitudes à propos de l'homme tout-puissant, de la féminité, du mariage et de la vieillesse sont pleinement exploités par la narration afin de tourner en dérision la culture dominante, une position unique pour une cohérence du sens n'est pas pour autant offerte au lecteur. Les apartés critiques des héroïnes leur confèrent un pouvoir narratif qui semble à première vue véhiculer la vérité du texte (la valorisation d'un monde féminin de l'amour, voire de la privation), mais la parodie incertaine jette un doute sur l'autorité de toute voix narrative. De plus, un sens est simultanément indiqué et refuse par le recours permanent au registre du futile, instrument castrateur mais qui ouvre néanmoins deux voies possibles : futilités profondes ou profondes futilités ? Un sens éventuel ne peut être appréhendé que dans la coexistence de ces deux registres, d'où une mise en cause de ce que Barthes appelle la fonction herméneutique du texte. Sous couvert d'un réalisme anodin s'opère une légère et subversive manipulation des apparences : de la sorte, le lecteur n'est jamais guidé par une voix narrative rassurante mais pas celle, sournoise et enjouée, de l'incertitude.

  • Titre traduit

    ˜The œsubversion of appearances in the novels of Barbara Pym


  • Résumé

    The Pym text presents the outward signs of conventional realism ; not only does it lack innovative narrative techniques but the story is confined to a narrow world. The novels' familiar quality comes partly from their subject-matter, which focuses on minute details of everyday life, and partly from the use of the easily recognisable cultural codes of a patriarchal society. However, these two elements of classic realism are simultaneously used to stree and to question the story's plausibility ; as a result, the recourse to parody, which initially appears to establish clear-cut dichotomies, in fact leads to uncertainly. Thus, although stereotypes, cliches and platitudes concerning the all-powerful male, feminity, marriage and old-age are fully exploited by the narration in order to deride the dominant culture, no single position for coherence of meaning is offered to the reader. The heroines' critical asides endow them with a certain narrative power which at first sight seems to convey the truth of the text (the validity of the female world, of love, even of deprivation), but the uncertainy of the parody casts doubt on the authority of any narrative voice. Furthermore, meaning is simultaneously suggested and yet refused by constant recourse to the trivial mode, which acts as an instrument of castration yet opens up two possible interpretations ; is the text trivially profound or profoundly triviam ? The fact that meaning can only be dixcerned in the coexistence of these two modes constitutes a questioning of what Barthes terms the text's hermeneutic function. Masquerading as harmless realism, a slight but subversite manipulation of appearances is at work. As a result, the reader is never guided by a reassuring narrative voice but by the sly and playful one of uncertainty.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (340 f.)
  • Notes : Thèse non corrigée

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • PEB soumis à condition
  • Cote : 205143/1993/55
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.