Inscription et coordination socio-techniques. Anthropologie de quelques dispositifs energetiques

par Madeleine Akrich

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Michel Callon.

Soutenue en 1993

à l'ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES MINES DE PARIS .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Dans les sciences sociales, l'analyse des relations entre techniques et societes s'est organisee autour de deux questions principales, d'un cote la question de ce que font les techniques, de la maniere dont elles participent au lien social, le renforcent, se substituent a lui ou au contraire autorisent sa constitutions autonome, et de l'autre, la question de ce qui fait les techniques, de la maniere dont leur emergence et leur mise en forme peuvent etre rapportees a des determinants autres que purement techniques. En s'appuyant sur la sociologie de la traduction (callon, latour) cette these s'est donne comme objectif de construire des voies de passage entre ces deux problematiques, et a essaye de poser les bases d'une sociologie des techniques qui ne se ramene simplement a une sociologie du developpement technique mais effectue la liaison entre l'analyse des processus d'innovation et celle des usages des techniques. Elle debouche d'une part, sur une description des processus d'innovation et d'appropriation des techniques comme specification conjointe des dispostifs et de leur environnement et d'autre part, sur la mise en evidence de differents regimes de traduction qui permettent de comprendre comment les descriptions que donnent les acteurs des dispositifs techniques peuvent s'articuler les unes aux autres en gardant leur specificite ; ceci conduit a deplacer la question des formes de determinisme (technique social) et a poser le probleme des formes de coordination, c'est-adire des modalites par lesquelles les acteurs sont simultanement associes et dissocies. Le travail s'appuie sur des etudes de terrain detaillees qui concernent des technologies energetiques variees dans les pays en developpement (algerie, cote d'ivoire, senegal


  • Résumé

    In social sciences, analysis of relationships between technology and society has focused on two major questions : 1) the question of what does technology do, or how does it play an integral part in the constitution of social linkage, reinforce it, is a substitute for it or, on the contrary, allows social linkage to be autonomously constituted ; 2) the question of what makes technology, or how its shaping can be related to non technical determinants. Using some developments of the sociology of traduction (actor-network theory, callon, latour), this thesis tries to construct some passages between these two types of models, and to initiate a sociology of technology which is not simply a sociology of technical development but links in the analysis the innovation process and the appropriation and uses of technology. This leads to : 1) propose a vocabulary in order to describe the innovation process as a mutual specification of technical devices and of their environment, 2) distinguish among different regimes of translation in order to understand how actors'descriptions of technical devices can be articulated. The work draws on various and detailed cases studies about energy technology in developing countries (algeria, ivory coast, senegal, polynesia, costa rica, nicaragua) and developed countries (france, netherlands, switzerland).

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Mines ParisTech. Bibliothèque.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.