Le Féminisme, une révolution symbolique ? : étude des luttes symboliques autour de la condition féminine

par Sandrine Garcia

Thèse de doctorat en Sociologie

Sous la direction de Pierre Bourdieu.

Soutenue en 1993

à l'EHESS .


  • Résumé

    Ce travail tente d'affronter la question d'une revolution symbolique des rapports hommes femmes. Or, si le mouvement feministe s'avere etre le moment critique par excellence, il s'averait necessaire pour le comprendre de cerner comment historiquement s'etait generee une disposition collective a la revolte contre la condition feminine, en meme temps qu'une lutte masculine pour specificite feminine, visant a preserver les privileges qu'offre la division sexuelle. Apres cette histoire structurale du champ, nous avons decrypte le mouvement feministe des annees 1970 en termes de luttes pour la definition meme du feminisme. Cette lutte est au principe du processus d'autonomisation symbolique des luttes feministes qui, a mesure que s'affrontent les differentes positions et prises de position contre la domination masculine et que s'obtiennent les acquis fondamentaux, tendent de plus en plus a s'investir dans une competition visant la distribution et la redistribution des positions et des biens afferents. Cette automatisation a pour effet l'investissement des energies militantes dans des institutions specifiques (ministere des droits de la femme, etudes feministes) qui se chargent soit de penser, soit de gerer la lutte feministe, au detriment d'un mouvement plus collectif. Elle consacre aussi le triomphe des militantes les mieux dotes socialement, et plus particulierement, en capital intellectuel.


  • Résumé

    This study try to answer to the question of a symbolic revolution of men women relations. But if the feminist movement is improved to be the critical moment, exploration needs to know how was generated historically a collective attitude to revolt against female condition, and at the same time a male struggle for the priviledges that the sexual division offers. After this structural history of the "champ", we have explained the feminist movement of the seventies in terms of struggle for the definition of feminism. This struggle generated a processus of automatisation of feminism struggles that tends, with the conflict of different positions and declarations against male domination and the benefits of the movement, to involve himself in a competition for the redistribution of power. This autonomisation implies an investment of the militantes energies in specifics institutions (woman's right governmental office, feminist studies). That has for goals to think or to manage the feminist struggle instead of a more collective movement. At the lead of this movement we show the weight of the intellectual and socially factions of the militantes.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MSH TH 4194

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne (Paris).
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 648
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.