Influence des bactéries sulfato-réductrices sur la corrosion d'acier en milieu marin : étude au laboratoire et en milieu marin

par Nadia Benbouzid-Rollet

Thèse de doctorat en Océanographie biologique

Sous la direction de Daniel Prieur.

Soutenue en 1993

à Brest .


  • Résumé

    Un système expérimental de colonisation bactérienne en milieu circulant a été mis au point pour étudier l'influence d'un biofilm mixte sur l'acier inoxydable AISI 316 L. Le biofilm a été créé sur l'acier en conditions aérées par l'espèce fermentative Vibrio natriegens. L’espèce sulfato-réductrice de Sulfovibrio vulgaris a alors été introduite dans le système et a colonisé la surface, représentant environ 5% de la population totale. La fixation d'une espèce anaérobie dans le biofilm prouve l'existence de zones désaerées dans celui-ci. Les réactions électrochimiques à la surface de l'acier ont été analysées par un suivi du potentiel libre et la trace des courbes de polarisation potentiodynamique. La présence du biofilm n'induit pas de corrosion mais semble ralentir la réduction cathodique de l'oxygène et donc diminuer le risque de corrosion. Cet effet est renforcé quand D. Vulgaris est présente dans le biofilm. Une remontée du potentiel libre a été observée, similaire à des cas décrits en milieu naturel sur des aciers inoxydables. Un cas de corrosion perforante d'acier doux en milieu portuaire présentait les caractéristiques d'une corrosion anaérobie liée à la présence de bactéries sulfato-réductrices. La population de bsr cultivables a été dénombrée dans son ensemble et en fonction des donneurs d'électrons utilisés, parallèlement à une analyse des produits de corrosion. La colonisation est quantitativement très importante, atteignant 1,1 x 108 cellules/cm2 au maximum. Sa structure est différente dans les zones de corrosion accélérée et dans les zones saines. En zone corrodée; les bsr utilisant le benzoate et le propianate sont plus abondantes. Une souche appartenant au genre sporulant desulfotomaculum a été isolée à partir de ces substrats, suggérant une oxydation partielle dans la zone à risque de perforation. Des essais de corrosion in vitro ont cependant montré que la microflore de cette zone provoquait une perte de poids importante de l'acier, en l'absence d'oxygène. Ce phénomène n'est observé qu'en présence d'une population diversifiée, proche de celle présente in situ. Il n'est pas reproduit avec un mélange de deux souches purifiées.

  • Titre traduit

    Influence of sulfate-reducing bacteria on the corrosion of steel in seawater : laboratory and in situ study


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (222 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 193-213

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bretagne Occidentale. Service commun de la documentation Section Droit-Sciences-STAPS.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TBRE93/27
  • Bibliothèque : Bibliothèque La Pérouse - Centre de documentation sur la mer.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : M122-BEN-I
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.