Accords inter-entreprises et flexibilité : éléments théoriques et application au secteur des télécommunications

par Sandrine Wolff

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Patrick Llerena.

Soutenue en 1992

à l'Université Louis Pasteur (Strasbourg) .


  • Résumé

    Le début des années 80 a été marqué par le développement sans précédent d'accords de coopération technologiques inter-entreprises, tout particulièrement dans les industries de pointe comme les technologies de l'information et de la communication (T. I. C. ). Le travail de thèse vise à fournir un cadre conceptuel pertinent pour analyser ce phénomène dans une perspective explicitement dynamique, tenant compte de la turbulence environnementale et des incertitudes technologiques caractéristiques de ces secteurs fortement innovants. Outre la raison d'être de ce type de stratégies, il s'agit d'expliquer l'évolution d'un accord dans le temps, en identifiant un certain nombre de facteurs déterminant sa stabilité ou son succès. Après une première partie consacrée à une caractérisation du phénomène dans les T. I. C. , ainsi qu'à l'analyse et à l'extension d'approches existantes comme la théorie des coûts de transaction, la deuxième partie de la thèse porte sur le développement de plusieurs notions de flexibilité, l'une "passive" c'est-à-dire en termes de capacité d'adaptation, et l'autre "pro-active", c'est-à-dire en termes de capacité d'apprentissage. Une proposition centrale est que l'accord permet d'effectuer un arbitrage entre ces deux types de flexibilité. Cette idée est d'abord exploitée dans un cadre de rationalité substantielle, débouchant sur deux modèles de théorie de la décision avec information croissante et irréversibilité (théorie de la valeur d'option). Elle est ensuite développée dans un cadre de rationalité procédurale, mettant l'accent sur les propriétés des routines et des apprentissages organisationnels, dans le but d'appréhender la dimension collective et interactive de la création de connaissance technologique. Cette deuxième conceptualisation débouche sur l'élaboration d'un scénario-type d'évolution des accords. Une confrontation empirique réalisée sur la base d'une dizaine d'études de cas concrets d'accords dans le secteur des télécommunications montre la pertinence et l'intérêt de ce scénario et des concepts développés. En particulier, la présence d'actifs spécifiques endogènes au processus de coopération apparaît comme un facteur important de stabilité d'un accord.

  • Titre traduit

    Inter-firm agreements and flexibility : theoretical elements and application to the telecommunication industry


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (451 p.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. 419-435

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Rennes 1. Service commun de la documentation. BU Centre.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TGSTRASBOURG1992/1
  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Service des bibliothèques. Pôle Européen de Gestion et d'Economie.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH/1992/WOL
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.