Exploration des possibilites analytiques offertes par les reactions nucleaires de type (p, gamma) dans des phases minerales

par PASCAL COUREL

Thèse de doctorat en Terre, océan, espace

Sous la direction de PATRICK TROCELLIER.

Soutenue en 1992

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Ce travail est destine a developper l'emploi de l'emission gamma prompte aupres de la microsonde nucleaire et a determiner les teneurs de quelques elements dans des verres et des mineraux (talc, micas, tourmalines, pyrite, scapolite,. . . ). Plusieurs reactions nucleaires ont ete selectionnees et leurs configurations experimentales etudiees afin de determiner isolement ou simultanement les concentrations de li, b, na, mg, al, si, s et cl. L'observation directe de reaction du type (p, gamma), (p,p gamma) ou (p, alpha gamma) permet d'obtenir des concentrations minimales detectables allant de quelques dizaines de ppm massique pour li et b, a quelques milliers pour s et cl. L'intervalle d'energie le plus favorable se situe vers 3 mev en proton. L'etude du soufre sur des echantillons non polis montre la possibilite qu'offre l'emission gamma d'effectuer des mesures sur des echantillons exempts de preparation particuliere. Les risques d'evolution sous faisceau des distributions elementaires d'elements reputes mobiles (li, b et na) ont ete etudies. Des densites de courant de l'ordre de 25 pa par micrometres carre pour des protons de 3 mev ou de 6 pa par micrometre carre pour des deutons de 1,4 mev ne provoquent aucune perturbation dans les phases minerales examinees. Pour la mesure des rapports isotopiques locaux de li, b, mg, si, s et cl, la precision que l'on peut atteindre sur les rapports #2#5mg/#2#4mg, #2#6mg/#2#4mg, #1#0b/#1#1b, #2#9si/#2#8si est compatible pour des etudes de fractionnement isotopique dans des phases minerales. Il ne sera possible d'etudier que des ecarts isotopiques exceptionnels (superieurs a 50 pour-mille) dans le cas de #6li/#7li, #3#0si/#2#8si, #3#4s/#3#2s et #3#5cl/#3#7cl. Quant a ti, cr et ni, bien qu'il soit possible de mesurer des profils de concentration de maniere non destructive par deplacement de resonances etroites les reactions #4#8ti(p, gamma)#4#9v, #5#2cr(p, gamma)#5#3mn, #5#8ni(p, gamma)#5#9cu ne sont pas assez sensibles pour ce type d'etude lorsque les concentrations sont voisines du pour-cent massique


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 148 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-010853
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.