L'ameublement et le décor intérieur dans un milieu populaire urbain : approche ethnographique d'une vraie fausse banalité

par Sophie Chevalier

Thèse de doctorat en Ethnologie

Sous la direction de Martine Segalen.

Soutenue en 1992

à Paris 10 .


  • Résumé

    A partir d’une enquête menée auprès de soixante familles locataires dans des tours hlm de la banlieue parisienne. L'auteur pose l'hypothèse que même au sein d'un espace identique et contraint. Meuble avec des objets sériels. Les individus construisent de la différence dans un processus d'appropriation de ces objets, qui participe à l'élaboration de leur identité culturelle et sociale. Sur la base d'un relevé du contenu des séjours visites et des discours recueillis, elle analyse ces décors en adoptant une typologie classificatoire qui révèle la structure générale du système des objets et dégage trois types qui illustrent des stratégies et renvoient à des parcours sociaux puis elle s'intéresse a l'objet et au meuble à partir de leur trajectoire elle montre les processus d'appropriation et que les objets ne sont pas acquis au hasard: il existe une résonance entre les différents systèmes des objets et les comportements relatifs. Ces stratégies sont aussi esthétiques et dans le cadre d'une réflexion sur la culture populaire. L'auteur s'interroge sur les modèles formels construits par les ménages et sur leur expérience du "beau". Ces locataires se servent des objets comme supports pour actualiser des images souvenirs. Enfin, l'auteur montre l'importance de l'étude de la culture matérielle de notre société afin d'en comprendre les logiques de consommation.

  • Titre traduit

    Furniture and inner decoration in an urban working-class environment: ethnographic perspective of a true-false banality


  • Résumé

    The starting point of the present study is a fieldwork conducted on a group of sixty council flat families from Paris suburban tower buildings. On the basis of the results of this survey, the author assumes that even within an identical and constrained space furnished with serial things, the individuals succeed creating difference through a process of appropriation of said things. This process is part of development of these persons cultural and social identity. The author proceeds to analyze the decoration of the visited flats on the basis of a description of the contents of the living rooms and the accompanying statements. She chooses a classifying typology with revels the general structure of the system of things, develops three types illustrating strategies and referring to social itinerates. Then, she turns towards the things and the furniture from the point of view of their trajectory and points out the processes of appropriation, the fact that these things were not randomly acquired since there is an echo between the different systems of things and corresponding behaviors. These strategies belong also to the aesthetical sphere, the author, as part of a general reflection on the popular culture, wonders about the formal models constructed by the families. The author concludes in pointing out the importance of the study of the material culture of our society so as to be able to understand its consuming logics.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 3 vol. (415-XV, [ca100] f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. p. I-XV (Vol. 2). Notes bibliogr.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T92PA10121

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Service commun de la documentation. Section multidisciplinaire.
  • PEB soumis à condition
  • Bibliothèque : Médiathèque du musée du quai Branly - Jacques Chirac.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MF-1209
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.