Role des anticorps naturels dans deux modeles experimentaux de pathologie autoimmune : le lupus des souris hybrides f1(nzb/nzw) et l'anemie hemolytique des souris nzb. etude de leur contribution au traitement du lupus murin

par BASMA HENTATI

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de STRATIS AVRAMEAS.

Soutenue en 1992

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les maladies autoimmunes sont caracterisees par la presence dans le serum d'autoanticorps diriges contre les constituants du soi et d'immuns complexes en quantite elevee. Nous avons suivi dans deux modeles murins de maladie autoimmune (le lupus des souris hybrides nzbnzw et l'anemie hemolytique des souris nzb) l'evolution avec l'age des igm et des igg autoanticorps, en comparaison avec les autoanticorps naturels presents a l'etat normal et caracterises par l'idiotype d23. L'augmentation des anticorps seriques igg anti-adn marqueurs du lupus et des anti-globules rouges marqueurs de l'anemie est accompagnee, dans les deux cas, d'autres autoanticorps igm et igg, type anticorps naturels. Les immuns complexes elues des reins des nzbnzw et des globules rouges des nzb sont composes d'igm et d'igg anticorps naturels dont le taux augmente avec l'age. Ces anticorps igg et igm expriment l'idiotype d23 et sont associes aux autoanticorps marqueurs propres a chaque maladie. Par contre, le parent nzw, phenotypiquement normal, presente un taux croissant d'igg autoanticorps naturels mais pas d'igm. Ces resultats suggerent que l'hyperproduction des igm de type anticorps naturels associee a celle des igg, participe a la severite de la glomerulonephrite et de l'anemie. Il semble donc que les anticorps naturels soient impliques dans ces deux pathologies autoimmunes. Sachant que la pathologie lupique depend fortement de l'equilibre des anticorps naturels, j'ai tente de retablir cet equilibre en injectant aux souris hybrides nzb/nzw des immunoglobulines provenant de souris balb/c infectees par le parasite plasmodium chabaudi connu pour induire une proliferation des anticorps naturels. Les resultats montrent que l'injection de telles preparations d'igg ou d'igm a un effet sur la survie des souris et sur le taux de la proteinurie. Cette injection semble donc avoir un effet regulateur, non seulement sur la production d'autoanticorps anti-adn, mais aussi sur le reseau des anticorps naturels puisque l'amelioration des souris traitees se maintient plusieurs mois apres l'injection des immunoglobulines. Ceci suggere que , en conclusion, la deregulation des anticorps naturels entraine une pathologie autoimmune et le retablissement de la regulation par les anticorps naturels ameliore la pathologie


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 184 P.
  • Annexes : 300 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1992
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.