Virus HTLV-1 et paraparesie spastique tropicale. Un rétrovirus leucemogene associe a une maladie neurologique : épidémiologie, caractérisation des isolats viraux associes et aspects moléculaires

par Antoine Gessain

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Georges Périès.

Soutenue en 1992

à Paris 7 .


  • Résumé

    Le virus htlv-i retrovirus isole chez l'homme en 1980 est endemique au japon, dans la region caraibe, en amerique du sud et en afrique intertropicale. Dans ces regions 1 a 30% de la population generale a des anticorps seriques anti-htlv-i. Ce virus est l'agent etiologique de la leucemie t de l'adulte (atl) et d'une neuromyelopathie chronique denommee paraparesie spastique tropicale/myelopathie associee a l'htlv-i (tsp/ham). Ce travail realise entre 1983 et 1991 comporte quatre etapes successives. 1) dans un travail initial d'epidemiologie clinique et de terrain, j'ai participe a la decouverte de l'association entre htlv-i et tsp/ham, lien qui a ete confirme par la suite dans de nombreuses zones d'endemie virale. Nous avons par ailleurs decrit la presence de ce type de pathologie en afrique noire et en france metropolitaine. Enfin le lien de causalite entre ce virus et les tsp/ham a ete demontre par l'etude d'un cas post-transfusionnel. 2) nous avons ensuite isole et caracterise sur le plan immunologique, biochimique et moleculaire le virus htlv-i present chez les patients ayant une tsp/ham et montre qu'il etait similaire a celui que l'on peut isoler chez des patients ayant un atl. 3) par la suite, nous avons demontre l'existence d'une charge virale importante au niveau des cellules mononucleees du sang peripherique de ces patients et demontre que paradoxalement il existait a ce niveau une tres faible expression virale. 4) enfin dans un travail d'epidemiologie moleculaire, nous avons sequence une portion du gene d'enveloppe de l'htlv-i chez des sujets ayant soit une tsp/ham, soit un atl soit etant seropositifs. Les resultats sont les suivants: ? la variabilite in vivo de l'htlv-i au cours du temps chez un meme individu ou chez differents hotes successifs est tres faible voire nulle sur une periode de quelques annees, ? les rares changements nucleotidiques observes sont similaires dans les souches virales de meme origine geographique, ? aucune mutation specifique d'une pathologie hematologique ou neurologique n'a pu etre mise en evidence, ? il existe des variants moleculaires de l'htlv-i en afrique (zaire) et surtout en melanesie. ? les virus htlv-i de melanesie, dont nous avons sequence dans sa totalite l'un d'entre eux, sont les htlv-i les plus distants connus par rapport aux souches prototypes. ? la faible variabilite genetique in vivo de l'htlv-i peut etre utilisee comme un outil moleculaire pour suivre la transmission de ce virus chez differents hotes successifs mais aussi pour mieux comprendre les anciens mouvements de populations comportant des sujets infectes par ce virus


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (199 f.)
  • Annexes : 855 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des Antilles et de la Guyane (Pointe-à-Pitre). Service commun de la documentation. Bibliothèque hospitalo-universitaire.
  • Disponible pour le PEB
  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1992
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.