Etude in vitro de l'effet cytostatique des ether lipides, nouvelles drogues antitumorales

par CAROLE SIDOTI-HUBERT DE FRAISSE

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de P. BRAQUET.

Soutenue en 1992

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les ether lipides synthetiques (el), analogues du 2-lysophosphatidylcholine naturel, representent une nouvelle classe de composes antitumoraux. Parmi ceux-ci, l'edelfosine et l'ilmofosine possedent une activite antitumorale selective in vitro comme in vivo et sont actuellement en phase ii d'etude clinique. Des derives amines des ether lipides ont ete synthetises. Nous avons etudie l'activite antitumorale in vitro de deux de ces nouveaux composes, le bn52205 et le bn52211. Ces deux composes possedent une activite antiproliferative vis-a-vis de lignees cellulaires tumorales humaines de diverses origines. Cette activite est dependante du temps de traitement et de la dose, et est comparable a celle observee avec les el de reference. Afin de contribuer a l'elucidation du mecanisme de l'action antitumorale de ces composes, nous avons caracterise leur activite cytostatique vis-a-vis d'une lignee cellulaire humaine derivee d'un adenocarcinome du colon. Pour cela, l'action de ces composes sur le deroulement du cycle cellulaire des cellules tumorales ht29 a ete etudiee par trois approches successives en cytometrie en flux: 1) l'analyse biparametrique du contenu en brdurd incorporee et en adn des cellules, qui nous a permis de conclure que ces el n'ont pas d'effet direct sur le deroulement de la phase de synthese de l'adn; 2) l'etude stathmocinetique, associee a une analyse biparametrique du contenu en adn et en proteines nucleaires des cellules, qui a montre que les el ne perturbent pas la phase de mitose, mais provoquent a court terme une accumulation des cellules dans la phase g2, de meme qu'un ralentissement de la sortie des cellules de la phase g1 du cycle cellulaire; 3) enfin, l'analyse du contenu en adn et en proteines nucleaires des cellules traitees durant plusieurs cycles cellulaires, qui a amene a conclure que l'action cytostatique des el se traduit par un blocage de la progression des cellules ht29 au niveau des phases g1 et g2 du cycle cellulaire. Ce blocage est un phenomene dependant de la dose et de type reversible


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 153 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1992
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.