Phtalocyanines et naphtalocyanines radicalaires : semi-conducteurs moleculaires intrinseques

par MARCEL BOUVET

Thèse de doctorat en Chimie

Sous la direction de Jacques Simon.

Soutenue en 1992

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Nous avons synthetise des naphtalocyanines de lutecium: la bisnaphtalocyanine npc#2lu, un melange de phtalo-naphtalocyanines pn#nnn#8##nlu (n4), et la phtalo-naphtalocyanine dissymetrique pclunpc. Les potentiels d'oxydo-reduction des produits ont ete mesures. La difference e entre les potentiels de premiere oxydation et de premiere reduction du melange pn#nnn#8##nlu (n4) est plus faible que pour pc#2lu (0,37 contre 0,48 v). Pclunpc, par contre, possede les memes potentiels que pc#2lu. Les conductivites electriques de pn#nnn#8##nlu (n4) et pclunpc sont egales a 5. 10##5 ##1 cm##1 (sous vide). Les energies d'activation thermique valent respectivement 0,38 et 0,48 ev. Les films prepares avec la phtalocyanine et la naphtalocyanine de lithium, pcli et npcli, possedent des conductivites de 2. 10##6 ##1 cm##1, avec des energies d'activation egales a 0,9 et 1,0 ev. Tous ces composes, qui sont des especes radicalaires, sont donc des semi-conducteurs moleculaires. Dans un semi-conducteur classique le nombre de porteurs de charge est relie a l'energie d'activation thermique de la conductivite par une loi d'arrhenius. Pour les materiaux moleculaires, le meme type de relation peut etre obtenu a partir de l'equation de nernst. Nous avons montre que e etait egal a l'energie d'activation thermique de la conductivite, et aussi egale a l'energie de la bande de transfert de charge intermoleculaire. L'etude des films par spectroscopie de photoelectrons a permis de montrer que la difference entre le niveau de fermi et le dernier niveau occupe (e#f-e#v) etait eglae a 1/2 (e#0#r#e#d-e#0#o#x). C'est ce que nous attendions pour des semi-conducteurs intrinseques. Dans le cas de pc#2lu, la phase texturee, qui se forme dans des films d'epaisseur superieure a 500 a, est plus conductrice que la phase amorphe. Les films de pclunpc et de pn#nnn#8##nlu (n4) etudies sont eux toujours amorphes


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 233 P.
  • Annexes : 213 REF.

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1992
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.