Le vocabulaire et la notion de sauvage, d'Homère à Eschyle

par Christine Mauduit

Thèse de doctorat en Études grecques

Sous la direction de Jacques Jouanna.

Soutenue en 1993

à Paris 4 .


  • Résumé

    Dans toute la poésie archaïque, le vocabulaire et la notion de sauvage s'appliquent d'abord, au propre, aux animaux. Dans l’Iliade, ils servent à rendre compte de la sauvagerie de la guerre ; dans l'Odyssée, la sauvagerie se définit par opposition aux normes morales et sociétés - piète, justice, hospitalité - de l'homme civilisé. Chez Hésiode, l'idée de sauvage se confond avec celle d'hybris; incarnée par les divinités anciennes, la sauvagerie est combattue par les olympiens, qui apparaissent comme les garants de la civilisation morale. L'idée de douceur et de civilité prend une importance nouvelle dans l'œuvre de Pindare, qui exalte, dans le langage du mythe, la victoire sur la sauvagerie (Héraclès) et la fonction civilisatrice de l'éducation (Chiron). Eschyle met la sauvagerie à distance dans l'espace (peuples des confins) et dans le temps (sauvagerie des origines). Il conserve le rôle de la cité comme rempart contre les formes de sauvagerie qui survivent dans le monde de la civilisation.

  • Titre traduit

    The Vocabulary and Notion of Savagery, from Homer to Aeschylus


  • Résumé

    In all the early Greek poetry, the vocabulary and idea of savagery are first applied, in the proper meaning, to animals. In the Iliad, they are used to illustrate the savagery of war; in the Odyssey, savagery is defined as opposed to moral and social values - piety, justice, hospitality - of the civilized man. In the works of Hesiod, the notion of savagery is very close to that of hybris; embodied by the early gods, savagery is defeated by the Olympians, who appear as the justice defenders. With the figure of Heracles, monster-killer and civilizing hero, Pindar shows the fight against all kinds of savagery; he also illustrates, with the myth of Chairon, the civilizing function of education. In the tragedies of Aeschylus, savagery is viewed as distant in space (people of the outside) and in time (early state of man). Moreover, Aeschylus emphasizes on the role of the city as a rampart against all surviving kinds of savagery in the civilized world.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par Les Belles Lettres à Paris

La sauvagerie dans la poésie grecque d'Homère à Eschyle


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (576 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque de Sorbonne Université. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 2605
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : I 4= 16810-<1,2>

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne. Fonds général.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TMC 1254
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2006 par Les Belles Lettres à Paris

Informations

  • Sous le titre : La sauvagerie dans la poésie grecque d'Homère à Eschyle
  • Dans la collection : Collection d'études anciennes , 130 , 1151-826X
  • Détails : 1 vol. (427 p.)
  • ISBN : 2-251-32659-6
  • Annexes : Bibliogr. p. [381]-403. Notes bibliogr. Index
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?