La contestation anti-missiles des annees quatre-vingt : une contestation pacifiste ? ( analyse et description d'un nouveau mouvement social )

par J-FRANCOIS GRIBINSKI

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de PIERRE-MAR DUPUY.

Soutenue en 1992

à Paris 2 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La contestation anti-missiles des annees 1980, qui s'affirme au lendemain de la double decision de l'otan , a ete a l'origine d'une des mobilisations populaires les plus massives depuis le second conflit mondial. Qualifier, tel que cela a ete fait par la grande majorite des observateurs ce mouvement de "pacifiste" , ne relevait-il pas, "au mieux", d'un souci simplificateur excessif et ne traduisait-il pas, "au pire", l'intention d'en discrediter les tenants, au regard de l'acception pejorative qui empreint generalement ce terme ? au-dela de cet aspect semantique, se pouvait-il qu'une mobilisation d'une telle ampleur ait eu pour seule cause une modernisation qui ne differait pas fondamentalement d'autres, passees en leur temps presque inapercues ? derriere cet enjeu apparent, les pacifistes n'en soulevaient-ils pas d'autres, relatifs a certaines contradictions ou problemes non resolus des societes industrielles avancees ? finalement, n'assistait-on pas a la naissance d'un nouveau mouvement social porteur de quelques uns des grands enjeux a venir ? cette recherche montre l'inadequation du concept de pacifisme pour eclairer de maniere satisfaisante les ressorts de la contestation, et ce pour la raison que les motivations profondes des activistes semblent se situer au-dela du paradigme des questions de la guerre et de la paix. L'approche sociologique apparait, en revanche, d'un interet bien superieur.

  • Titre traduit

    The 1980s antimissile contestation : a pacifist contestation ? ( analysis and description of a new social movement )


  • Résumé

    Following the nato dual track, the antimissile protest in the 80s has inaugurated one of the largest popular mobilization since the second world war. To call this movement "pacifist" - as a large majority of observers have done - wasn't it, "at best", a simplification, and, at worse an intention to discredit the pacifists, regarding the fact that there is usually a pejorativ accaptance of this word ? beyond this semantic aspect, would such a mobilization be justified and explained by a modernization that would not basically differ from others, that in their times went unnoticed ? behind this apparent issue, didn't the pacifists raise other questions related to certain insolved contradictions of our advanced industrial society ? at the end, wasn't the emergence of a new social movement that would bear some of the large question at stake ? this research shows the inadequacy of the concept "pacifism" to clarify the causes of the contestation. At first because the deep motivations of the activists seem to be beyond the paradigm of war and peace. The sociological approach seems to be of a greater interest : it contributes particularly to bring out the following idea : the antimissile contestation of the 80s would prefigurate the emergence of a "popular consciouness" wich role would be to

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Limoges (Bibliothèques). Faculté de Droit et des Sciences économiques.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH 993
  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Accessible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Université Toulouse 1 Capitole. Service commun de la documentation. Bibliothèque de la Manufacture des tabacs.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : GM1521-1992-45
  • Bibliothèque : Fondation nationale des sciences politiques. Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.