Induction photoperiodique et variations en cytokinines endogenes en relation avec la neoformation des bourgeons floraux des explantats de cichorium intybus l. Cultives in vitro

par JEAN-LUC BADILA

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Pierre Paulet.

Soutenue en 1992

à Orléans .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Les conditions lumineuses favorables a la floraison augmentent le taux des cytokinines des explantats de racines d'endive cultives in vitro. L'etude des variations des teneurs endogenes en cytokinines des explantats, en relation avec l'aptitude a fleurir montre que l'on peut distinguer trois etapes: 1) dans un premier stade durant lequel les explantats se dedifferencient, on constate un faible taux en cytokinines. Ce stade est appele preinduction. Il est hors de l'influence de la longueur du jour, 2) le deuxieme stade, caracterise par l'influence de la longueur du jour, on observe une forte teneur en cytokinine. C'est la phase d'induction, 3) enfin, le dernier stade correspondant a la potentialite de donner des inflorescences in vitro, le taux en cytokinine baisse considerablement. Cette etape est indifferente a la longueur du jour. Ces variations sont identiques dans les conditions inductives et non inductives de la floraison. La seule et fondamentale difference reside dans l'intensite de la production des cytokinines. Les traitements inducteurs appliques pendant la phase d'induction photoperiodique (du 8eme au 18eme jour) en jours courts se concretisent par une abondante production de cytokinines et parallelement une neoformation de bourgeons floraux. A partir des explantats de racines d'endive, nous avons pu mettre en evidence que la 1, 3 diphenyluree possede les memes proprietes que les cytokinines (biosynthese et preservation des chlorophylles, augmentation de la masse de matiere fraiche et seche, augmentation du pourcentage de floraison), elle augmente la teneur de celles-ci, bien que de formule differente et n'appartenant pas a la famille des bases puriques


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 184 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université d'Orléans. Service commun de la documentation.Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.