Le travail de la répétition dans l'écriture de Gertrude Stein

par line Koi͏̈s

Thèse de doctorat en Études nord-américaines

Sous la direction de Nancy Blake.

Soutenue en 1990

à Montpellier 3 .


  • Résumé

    Avec la repetition, stein ne se contente pas de proclamer l'ouverture d'un espace litteraire prive. Elle tente d'y chercher et d'y definirles enjeux de la representation litteraire du vingtieme siecle (dans des textes aussi differents que lectures in america ou the making of americans, par exemple). Cette etude analyse la genese de cette fascination pour la repetition et son cheminement a travers l'ecriture. Dans un premier chapitre, une lcture detaillee de the making of americans montre que la repetition participe a la fabrication d'un temps et d'un espace propres a l'amerique et contemporains du moment ou se fait le recit de la formation des americains. Ce moment unique, stein l'appelle le "present continu", c'est-adire "a space of time": la modernite. La repetition scande ce present; elle est son hymne. L'ecriture repetitive est ainsi une ecriture regeneree par le mouvement perpetuel. L'espace qu'elle circonscrit est celui du sujet. Le deuxieme chapitre montre que la repetition est aussi un rituel sans fin destine a evaluer les limites qui separent le sujet de son objet. Ce ceremonial narcissique est souvent domine par des fantasmes d'incorporation qui melent sujet et objet augre des series de mots et de phrases repetes. Finalement, le troisieme chapitre etudie cette representation du meme qui s'enfonce dans une comptabilite infinie refletant l'impossibilite d'atteindre l'identite de la representation, son unite, son etre. La repetition est alors davantage homeostase: principe regulateur de l'equilibre a l'interieur du systeme ou encore mort du narratif dans la machine.


  • Résumé

    Thanks to repetition stein does not only open up a private literary space. She also tries to define the world of literary representation in the twentieth century (in lectures in america or the making of americans). This study analyzes the genesis of this fascination with repetition and its work through stein's writing. The first part is a close reading of the making of americans. It shows that repetition contributes to the making of america's specific time and space and, at the same time, to the making of the narrative. This unique moment is what stein calls the "continuous present", "a space of time" : modernity. Repetition is the hymn to this present. The writing is thus regenerated through perpetual motion. Space here belongs to the subject. The second part shows repetition is an endless ritual whose aim is to assess the distance there is between thre subject and his object. This narcissistic ceremony often bears the marks of fantasies of incorporation in which both subject and bject are mixed up through series of repetitions. The last part moves on to the representation of sameness. It studies how this infinite inventory of linguistic structures is nothing but the impossibility of reaching the identity of representation (unity and being). Finally, repetition manifests itself as homeostasis: a regulating principle keeping the system in a state of equilibrium while proclaiming the death of the narrative in the machine.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 338 f
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Bibliothèque interuniversitaire. Section Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 92.MON-15
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.