Le développement phytoplanctonique dans la Moselle en aval de Metz et dans la Seille : mesure de la production primaire

par Marc Gigleux

Thèse de doctorat en Sciences de la vie

Sous la direction de Michel Nourisson.

Soutenue en 1992

à Metz .


  • Résumé

    Au cours de ce travail, nous avons étudié le développement du phytoplancton dans deux rivières lorraines : la Moselle et un de ses affluents : la Seille. Nous présentons ici les résultats de trois années de mesures de la qualité physico-chimique des eaux, des niveaux de biomasse, des peuplements et de la production primaire phytoplanctonique. Le but de ce travail est de fournir des éléments qui permettront de modéliser le développement phytoplanctonique dans le bassin de la Moselle. Ces rivières, qui présentent d'importantes concentrations en éléments nutritifs : azote et phosphore sont dosés à de fortes concentrations tout au long de ces trois années de suivi. La silice dissoute, dont les concentrations sont très variables pourrait, dans la Seille, limiter la prolifération des diatomées en période d'étirage prolongé. La transparence de l'eau joue un rôle essentiel dans le développement algal : dans la Moselle, la zone euphotique est limitée aux deux premiers mètres d'eau, sur une profondeur moyenne de 3 à 4 mètres, alors que dans la Seille, la lumière pénètre jusqu'au fond de la rivière et permet la croissance de la biomasse phytoplanctonique dans toute la masse d'eau. Les biomasses, estimées à partir des mesures de chlorophylle A, ne dépassent qu'exceptionnellement les 50[mu]g/l dans la Moselle, alors qu'elles atteignent près de 140 [mu]g/l dans la Seille, classant cette rivière parmi les plus eutrophes d'Europe. Les peuplements phytoplanctoniques de ces deux cours d'eau sont dominés par les diatomées centriques responsables des blooms qui colorent les eaux en période estivale. Seules les diatomées et les chlorophycées présentent actuellement des développements susceptibles de nuire à la qualité des eaux. Les mesures de production primaire mesurées par la méthode de l'oxygène, puis par celle du carbone 14 ont démontré l'existence d'une relation hautement significative entre la biomasse phytoplanctonique et la production maximale horaire. L'e��quation de calcul qui apparaît comme la plus adaptée pour la modélisation de la production primaire dans nos deux rivières est l'équation de Vollenweider. Dans cette étude, les termes de production phytoplanctonique ont été calculés, mais nous n'avons pas mesuré avec précision les termes de disparition. L'étude qui apparaît comme la plus nécessaire pour compléter ce travail concerne le broutage zooplanctonique en période estivale

  • Titre traduit

    Phytoplanktonic development in two french rivers : the downstream moselle river and seille river : primary production measurements


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    During this study, we mesure phytoplanktonic developpement in two frensch rivers : the Moselle and one of his tributary : the Seille river. We present three years measurements of physico-chimical water quality, biomass, phytoplanktonic populations and productions. The study's object is modelizing of phytoplanktonic populations and productions. The during the three years of measurements, rivers contain high nitrogen and phosphorus concentrations. Silicium have varying concentrations witch could limiting Diatoms proliferations during sommer lowest water levels in Seille river. Wter transparency is one of the most important parameter of this two rivers : the euphotic zone is, in Moselle river, limited at two meters depth, when river is four meters depth. In Seille river, euphoric zone and the water colum are one meter depth. So, we have measured very important phytoplanktonic biomass in Seille river of 140 [mu]g/l chlorophyll A. In Moselle river, biomass are less than 60[mu]g/l. Seille is one of the more "eutrophicate" european rivers. Phytoplanktonic populations are dominated by centric Diatoms witch are responsable of "bloom" during spring and sommer. The other phytoplankton species that have important developpement are green algal species. Primary production were measured by oxygen and carbon methods. We demonstrate that one very high linear relation exist between chlorophyll biomass and hourly maximal primary production. So we used this relation and Vollenweider equation to compute day's productions. Duringthis work, we have estimated phytoplankton production, but we must continued this work by studying zooplanktonic predation on phytoplankton populations during lowest water levels

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (147 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 129-147

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Lorraine. Direction de la documentation et de l'édition. Bibliothèque du Saulcy.
  • Non disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.