Étude bactériologique des eaux minérales naturelles : utilisation de marqueurs moléculaires

par Emmanuelle Guillot

Thèse de doctorat en Biologie

Sous la direction de Henri Leclerc.

Soutenue en 1992

à Lille 1 .


  • Résumé

    La flore bactérienne isolée à l'émergence de cinq eaux minérales naturelles françaises a été analysée par l'étude des profils de restriction des gènes codant pour les ARN ribosomaux, en plus des techniques d'identification traditionnelles. Cinq sources ont été étudiées à travers un échantillonnage de 6 prélèvements répartis sur l'année 1989-1990. Parmi les 460 souches bactériennes isolées aux émergences, 202 ont été identifiées à l'espèce par le système API. 208 souches représentatives des 5 sources ont été sélectionnées au hasard pour faire l'objet d'une analyse par les profils de restriction des gènes. 102 types de profils différents ont été mis en évidence avec seulement 2 communs à plusieurs sources. Chaque source est caractérisée par un ensemble de profils spécifiques, non communs aux autres sources. Un certain nombre d'entre eux se retrouvent au cours de l'échantillonnage mettant en évidence une continuité biologique propre à chaque source

  • Titre traduit

    Bacteriological study of natural mineral waters using molecular markers


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (152 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 132-148

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université des sciences et technologies de Lille (Villeneuve d'Ascq, Nord). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 50376-1992-256
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.