Transitions de phases structurales de la surface (110) de l'or

par Joachim Sprosser

Thèse de doctorat en Physique et chimie des matériaux

Sous la direction de Antoine Khater.

Soutenue en 1992

à Le Mans .


  • Résumé

    Nous avons etudie la surface (110) de l'or par la diffraction des atomes d'helium a energie thermique. A basse temperature, cette surface est reconstruite en rangees manquantes 21. Nous avons observe deux transitions de phase structurales: 1) une transition de la classe ising-2d, de temperature critique 690 k, au cours de laquelle la reconstruction disparait; 2) une transition rugueuse, distincte de (1), a une temperature de 705 k, menant a un etat de rugosite logarithmique. Ce comportement, nous avons essaye de modeliser sur ordinateur (methode monte-carlo) avec un modele bcsos generalise. Comme resultat, nous avons vu que selon la chiralite des defauts, il y a soit une transition unique, soit les deux transitions (1) et (2) ci-dessus. Malheureusement, dans le cas des deux transitions separees, le deplacement du pic de la surstructure se fait dans l'autre sens qu'experimentalement. Par ailleurs, nous avons fait des experiences de diffraction tout en exposant la surface a de la vapeur d'or, effectuant le depot d'une monocouche toutes les 400 sec. Dans ces conditions, a temperature superieure (inferieure) a 250 k, la reconstruction est presentee (detruite). La croissance se fait couche-par-couche dans l'intervalle 220 k a 400 k. La croissance est fort anisotrope avec une diffusion plus rapide parallelement aux rangees atomiques

  • Titre traduit

    Structural phase transitions of the gold (110) surface


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 161 p.
  • Annexes : 71 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : Th.S. 1598
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.