Un modèle de dérive de connaissances : application en bureautique

par François Bourdon

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Martial Vivet.

Soutenue en 1992

à Le Mans .


  • Résumé

    Le but initial de ce travail est de concevoir des mécanismes qui intègrent automatiquement des règles et pratiques organisationnelles dans un système de bureautique communicante ; ces dernières peuvent être soit globales à l'entreprise, soit locales à un contexte organisationnel de l'entreprise ; dans tous les cas, elles évoluent et le système doit être capable de s'y adapter. Cette évolution est abordée sous l'angle d'une auto-adaptation du système à l'usage qui en est fait par ses propres utilisateurs. Cette adaptation conduit le système à gérer l'obsolescence des informations et à faciliter l'accès aux informations pertinentes dans un grand volume donne��. Deux modélisations complémentaires sont proposées, l'une du devoir et l'autre de la confiance ; la première est basée sur la structure organisationnelle de l'entreprise et définit ce qui doit être fait et comment ; alors que la seconde est basée sur la notion de compétence : elle définit ce qu'il est possible de faire (pouvoir) compte tenu des moyens dont on dispose. Pour cela nous proposons un système d'observation, reposant sur le mécanisme général, appelé dérivé des connaissances. Ce système d'observation, placé entre un système utilisateur et un système utilisé, est l'une des composantes essentielles à tout système d'apprentissage/acquisition de connaissances ; il permet de gérer par observation, l'évolution des relations existant entre les entités du système utilisé. Le résultat de ce système d'observation permet de proposer des restructurations des entités manipulées, mais aussi de les rendre plus ou moins accessibles pour le système utilisateur. Ce mécanisme de dérivé des connaissances est basé sur une observation des liens de composition/relation entre les entités manipulées. Il intègre la notion d'entropie, qui le rend dynamique et cette dynamique permet de faire des observations continues, c'est-à-dire qui tiennent compte des évolutions antérieures. Le fondement de cette approche réside dans la nécessite de l'auto-adaptation des machines aux usages qui en sont faits ; cela conduit à réaliser ce que l'on appelle un transfert d'expertise de l'homme vers la machine. Outre l'apport applicatif concernant la gestion de l'adéquation des personnes aux besoins et aux ressources de l'entreprise, via l'émergence de compétences, la dérive des connaissances est une piste pour la gestion d'un grand volume d'informations.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (269 p.)
  • Annexes : Bibliogr. p. 261-268

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Caen Normandie. Bibliothèque universitaire Sciences - STAPS.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : G5649
  • Bibliothèque : Université du Maine. Service commun de documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : THs. 1596
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.