L'enseignement du français dans le secondaire en Corée du Sud et la politique linguistique de la France dans ce domaine : analyse critique

par Jean-Pierre Baluc

Thèse de doctorat en Études extrême-orientales

Sous la direction de André Fabre.

Soutenue en 1992

à Paris, INALCO .


  • Résumé

    L'impressionnant et fulgurant développement de l'enseignement du français dans le secondaire et le supérieur coréens au cours de ces 20 dernières années s'inscrit parfaitement dans deux logiques complémentaires. D'une part, dans le cadre de la logique confucéenne qui soumet chaque individu au devoir moral de mieux s'instruire et d'autre part, dans le cadre incontournable du miracle économique coréen, lesquels ont exercé des effets centripètes sur des domaines annexes, tel que le français. Néanmoins, cet enseignement souffre de profonds maux incompatibles avec une logique de qualité, puisqu'il apparait essentiellement instrumentaliste dans le fond, en réponse à la tenace volonté de coréanisation des apports étrangers imposée par les militaires au pouvoir sans interruption depuis 1961. En outre, on a pu observer que les succès quantitatifs plutôt que qualitatifs dépendent en premier lieu de l'insuffisance chronique de la formation pédagogique des professeurs à tous les niveaux d'étude du français ; en deuxième lieu à la taille des classes jamais inférieure à 50/60 apprenants, ainsi qu'à la finalité des études prioritairement axée sur la préparation aux questions à choix multiples de l'examen d'entrée à l'Université. La propagation du français n'aura finalement pas servi au rapprochement des deux pays qui se trouvent paradoxalement de plus en plus dans une logique d'incompréhension mutuelle.

  • Titre traduit

    ˜The œteaching of French in secondary schools in South-Korea and linguistic policy of the French state in this domain : a critical analysis


  • Résumé

    The impressive, rapid development of the teaching of French in the Korean secondary and tertiary sectors during the last twenty years can be explained by reference to two complementary factors ; on the one hand, the Confucian ethic which imposes on each individual the moral duty to improve his educational level, and on the other, the undeniable influence of the Korean economic miracle. These factors have had centripetal repercussions on related fields such as the teaching of French. Nevertheless, the quality of French education in Korea has suffered acutely from the essentially pragmatic attitude which has resulted from the determined policy of koreanising foreign contributions to the national culture, a policy imposed by the military which has held power without interruption since 1961. Moreover, the fact that the development of the teaching of French has been quantitative rather than qualitative, can be attributed firstly, to the chronic inadequacy of the pedagogical training given to teachers at all levels of their French studies, and secondly, to the size of the classes which never have fewer than 50 60 students. A further aggravating factor is the fact that study at the secondary level are oriented towards the multiple choice university entrance examination. The above considerations have led to the conclusion that the teaching of French in Korea have done nothing to improve Franco Korean relations which continue to exhibit a lack of mutual understanding.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (576 f.)
  • Annexes : Bibliogr. f. 535-551

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (Paris).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH.385
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.