Les signes linguistiques du fantastique dans les nouvelles de Maupassant

par Abbès Ben Mahjouba

Thèse de doctorat en Linguistique française

Sous la direction de Michel Maillard.

Soutenue en 1992

à Grenoble 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Notre etude traite de la question du langage dans les novuelles fantastiques de maupassant. Apres une courte introduction consacree a l'etymologie et au probleme de definition du fantastique, nous avons aborde la question de l'enonciation. De cette premiere partie nous retenons deux faits importants : - le premier est inherent aux modifications enonciatives apportees par maupassant, modifications qui vont dans le sens d'une elimination progressive des effets de distanciation entre le fantastique, le narrateur-heros et le lecteur. Cette elimination nous fait assister a une sorte de degre zero de la mediation fantastique. Le second fait concerne la transgression d'une loi linguistique qui se traduit par la combinaison du "je" au passe simple, combinaison exclue justement par les linguistes. Ce phenomene s'avere riche en signification en ceci qu'il atteste a la fois l'alteration et l'alterite du "je" du heros ("je"est un autre). Dans la deuxieme partie qui traite de la diaphore (anaphore et cataphore) le fait le plus marquant est la transgression de la notion de cataphore. Cette transgression se manifeste par deux constantes qui specifient le recit fantastique : le leure cataphorique et la vacuite cataphorique. Toutes deux instituent l'indecidabilite notion chere au fantastique. L'anaphore intertextuelle nous a permis de completer notre lecture en accedent aux "nebuleuses des signifies". Enfin la confrontation des deux versions du "horla" en vertu des trois categories verbales (temps, aspect, modalite) nous a permis d'apprehender l'extraordinaire travail effectue par le scripteur sur le langage


  • Résumé

    Our work deals with language un the fantastic novels by maupassant. After a short short introduction in which we present the etymology and the definition of frantastic, we tackle with the question of enunciation. Two major facts hold our attention here. The former is related to the narrative modifications effected by maupassant and which progressivly led to rule out the distance between the fantastic, the narrator-hero and the reader. This elimination allows us to observe some sort of a zero degree of fantastic mediation. The second fact affects the transgression of a linguistic rule that appears through the combination of the "i" at the past perfect tense and which is excluded by the linguits. This phenomenon turns out to be rich in signification as it certifies both alteration and alterity of the here's ego. In the second part which deals with "diaphora" (anaphora and cataphora) the most important fact is the trangression of the notion of "cataphora". This transgression appears throughout two constants which characterize fantastic narratives by maupassant : the "cataphoric lure" and the cataphoric "vacuity". The two constants establish the uncertainty, an essential notion in the fantastic. Concerning the intertextual anaphora, it allowed us to complete our reading by unveling obscure meanings. Finally through the confrontation of the two versions of "the horla" by virtue of the verbal categories

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 349 f
  • Notes : THESE NON CORRIGEE

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 205143/1992/59
  • Bibliothèque : Service Interétablissement de la documentation (Saint-Martin-d'Hères, Isère). Bibliothèque universitaire Droit-Lettres.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TL 205143/1992/59/TRI
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.