Transformations de grammaires logiques et réversibilité en traduction automatique

par Marc Dymetman

Thèse de doctorat en Informatique

Sous la direction de Christian Boitet.

Soutenue en 1992

à l'Université Joseph Fourier (Grenoble) .


  • Résumé

    L'objet de ce travail est de décrire des conditions et des techniques permettant de transformer des grammaires logiques en des programmes d'analyse et de génération: - directement exécutables par l'interpréteur standard de Prolog; - corrects, c'est-à-dire dénotationnellement équivalents à la grammaire logique qu'ils implémentent, et complets, c'est-à-dire tels que toutes les solutions soient énumérées par retour-arrière et que le programme termine. Dans une première partie, l'accent porte sur l'utilisation bidirectionnelle (analyse et génération) d'une même grammaire dans le cadre de la traduction automatique. Nous commençons par décrire une réalisation concrète de la réversibilité dans le contexte du système de traduction CRITTER. Puis nous cherchons à éclaircir le statut théorique de certains problèmes rencontrés en pratique, et proposons une définition formelle du concept même de réversibilité. Sur cette base nous présentons un prototype de grammaire réversible plus satisfaisant des points de vue linguistique et algorithmique. Dans une seconde partie, nous étudions en détail un problème particulier important apparu dans la première partie, celui de l'élimination de la récursion gauche dans une grammaire à clauses définies (DCG). Nous proposons une solution générale à ce problème: la forme normale de Greibach généralisée (GGNF). Ce résultat, qui semble être le premier énoncé de forme normale pour les grammaires logiques (ou plus généralement d'unification), est une extension au cas des DCGs de la forme normale de Greibach classique des grammaires hors-contexte. La transformation est basée sur une généralisation des concepts mathématiques de série formelle et de système algébrique introduits par M. Schützenberger dans l'étude des grammaires régulières et hors-contexte. Cette généralisation a l'intérêt de faire apparaître clairement l'origine algébrique de la souplesse transformationnelle des grammaires logiques, et laisse plus généralement entrevoir les développements intéressants dans l'étude mathématique de la programmation logique


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol (IV-380 p)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TS 92/GRE1/0097
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : IMAG-1992-DYM
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.