Le masque dans les representations de la fete venitienne au xviiie siecle

par Gilles Bertrand

Thèse de doctorat en Histoire

Sous la direction de Louis Marin.

Soutenue en 1992

à Paris, EHESS .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette etude interroge le role du masque a venise au xviiie siecle, et en particulier celui de la bautta, costume le plus constamment represente dans les textes et les images du temps. Elle plonge aux sources premieres de notre imaginaire de la fete venitienne en se concentrant sur la maniere dont les contemporains ont percu, refabrique, reve, utilise ou refoule le masque. De plus en plus portee par les seuls nobles apres 1750, la bautta est a la fois accessoire de divertissement et arme politique. Dans le theatre de goldoni et dans les discours des espions et des memorialistes, elle est au point de croisement d'une contrainte et d'une liberte, et definit un systeme ludique aux regles consensuelles. Mais les voyageurs, des lors qu'ils se sentent exclus dujeu des masques, pointent sur son probleme de fond; ce costume repetitif n'est pas tant un moyen de se dissimuler qu'un pur mode d'etre d'une caste, derriere lequel il n'y a rien. La negativite du sujet du sujet masque travaille les peintres et dessinateurs venitiens, qui par metier creusent leur objet. Ces derniers butent sur l'opacite d'un signe que leur projet de representation du reel ne leur permet pas de ne pas integrer et que leurs oeuvres, en le transformant en caricature ou en le rejetant aux marges de la composition, ne cessent pourtant de vouloir evacuer.

  • Titre traduit

    The mask in the representations of venetian feast in the eighteenth century


  • Résumé

    This study interrogates the place of the mask in venice during the eighteenth century, in particular of the bautta, costume which has been most represented in the texts and images of that period. It goes to the origins of our imaginary of venetian feast and concentrates on the manner in which the contemporaries have perceived, reinvented, dreamed, used or removed the mazsk, more and more used by the only nobles after 1750, the bautta is at the same time an accessory for pleasure and a political instrument, in goldoni's theater and in spies and memorialists' speeches, it is situated in the crossing point between constriction and liberty, and it determines a playing system whose rules operate by universal consent, but when the travellers begin to be excluded from the play of masks, they indicate the fondamental problem; this repetitive cloth is not a way to hide himself, but a simple way of being, behind whom there is nothing, the negativity of the masks leads venetian painters and drawers to deal with a sort of impossibility, they are blocked by the opacity of a sign they are obliged to integrate in the picture because of their project of representation of the real, but

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MSH TH 4109 (2)

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1205
  • Bibliothèque : Institut national d'histoire de l'art. Collections Jacques Doucet (Paris). Bibliothèque.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/1276
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.