Etude de l'influence de l'activité de l'eau sur les systèmes enzymatiques des microorganismes

par Martine Sarrette

Thèse de doctorat en Génie des procédés

Sous la direction de Patrick Gervais.

Soutenue en 1992

à Dijon .


  • Résumé

    Afin de mieux comprendre les effets d'un choc hydrique sur les microorganismes, l'influence de l'activité de l'eau sur quelques systèmes enzymatiques a été étudiée. Ce travail a permis de mettre en évidence des différences de comportement de ces systèmes lorsqu'ils sont étudies in vitro ou in vivo. In vitro, l'activité de l'eau (a#w) influence l'activité spécifique des enzymes. In vivo, l'a#w a un effet à la fois sur l'activité et sur la biosynthèse des enzymes. Ainsi, pour une enzyme donnée, les effets in vivo de l'a#w peuvent être très différents de ceux prédits par des études in vitro. Le comportement du système enzymatique dépend de la réponse du microorganisme au choc osmotique (osmorégulation) et de la localisation de l'enzyme dans la cellule. Les enzymes cytoplasmiques sont moins sensibles à l'a#w que les enzymes liées à la membrane cytoplasmique, ou les enzymes extracellulaires. De plus la réponse des enzymes de la membrane cytoplasmique à un choc osmotique dépend de leur fonction dans le métabolisme. Il est donc très difficile de transposer directement des résultats obtenus in vitro au domaine in vivo.


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (104 p.)
  • Annexes : Bibliographie p. 81-104. 184 références

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bourgogne. Service commun de la documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TDDIJON/1992/49
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.