Contribution à l'étude du droit de suffrage dans quelques états africains francophones : Burkina Faso, Congo, Côte d'Ivoire, Sénégal

par Mamadou Niang

Thèse de doctorat en Droit public

Sous la direction de Jean-Claude Gautron.

Soutenue en 1992

à Bordeaux 1 .


  • Résumé

    Les citoyens-electeurs burkinabes, congolais, ivoiriens, senegalais participent depuis plusieurs annees ou decennies a des scrutins votent, elisent des representants, approuvent des decisions par referendum. C'est un progres realise grace a la reconnaissance, au developpement et a la mise en oeuvre d'un droit de suffrage. Evolution debutee sous la colonisation : institution d'organes representatifs elus permettant l'accession des indigenes a la politique. Non sans restrictions. Le mouvement se poursuit dans les etats independants : reconnaissance de la souverainete des citoyens. En fait le pouvoir est monopolise par un homme et son parti. Dans les annees 70-80 le retour au pluralisme est fixe comme objectif. Il y a un developpement politique. Un systeme electoral ainsi q'un rituel sont etablis. Ils sont l'expression de pratiques africaines specifiques. On recherche une mobilisation electorale massive, reguliere. Ce n'est pas le cas, le nombre de votants est faible. Le vote des electeurs est oriente, detourne par des alterations nombreuses. Le droit de vote est-il le moyen pour les citoyens africains d'exprimer leur volonte, d'avoir une influence dans la cite? Compte tenu des donnees precitees, des realites socio-politiques, nous pouvons en douter.

  • Titre traduit

    Contribution for the study of vote right in some French-speaking African countries : Congo, Ivory Coast, Burkina Faso ( ex Upper Volta ), Senegal


  • Résumé

    The citizen-electors from burkina faso, congo, ivory coast, senegal have taken part for several years or decades in ballots, they have approved decisions by referendum. It is a progress carried out thanks to the recongnition, development and the implement of a vote right. The evolution has started under the colonization that means the setting up of representatives elected which permits the attainment of natives to politics, no unreservedly. The movement is continuing in independant states : recognition of citizen's sovereignty. In fact, pover is monopolized by a man and his party. In the seventies eighties, the come back of pluralism is fixed as an objective, there is a political development. An electoral system as well as a ritual have been setting up. They are the expression of specific african practices. A large and regular electoral mobilization is seeked. It is not the case, the member of voters is low. The electors vote is adjusted, directed by numerous changes. Is the right to vote the way for african citizen to express their will, to have an influence in the city? Considering hastened data, socio political realities, we cannot well imagine that.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (451 p.)
  • Notes : Par décision du jury, cette thèse ne peut être reproduite

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Bordeaux. Direction de la Documentation. Bibliothèque Universitaire Droit, science politique,économie.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : BTT 550052%92-1
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.