Éléments d'analyse économique de la contribution des femmes au développement des pays d'Afrique sub-saharienne

par Fabienne Jessy Beauzile

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Marc Penouil.

Soutenue en 1992

à Bordeaux 1 .


  • Résumé

    Les statistiques de la production des revenus et de l'emploi ignorent les activites feminines de subsistance. La conception de l'homme "chef de famille" et responsable des besoins familiaux est a l'origine de l'occultation du role economique et domestique des femmes. La sous-estimation des activites feminines penalise les femmes dans leurs possibilites d'acceder aux ressources et de participer aux projets de developpement. La pratique des budgets separes, la la division des roles conjugaux, l'organisation des groupes domestiques permet aux femmes d'afrique sub-saharienne une grande autonomie. Elles participent a la strategie alimentaire. La division sexuelle du travail leur donne un quasi monopole sur la culture, la transformation et la vente des produits vivriers. Les prix bas assurent la survie des consommateurs urbains pauvres mais empechent les femmes d'acceder a une veritable independance economique. Les femmes sont ecartees du marche du travail : les normes sociales ne leur permettent pas de beneficier des memes niveaux d'education et d'acceder aux memes types d'emploi que les hommes, ce qui aboutit plus qu'a une discrimination, a une segregation dans l'emploi


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    The subsistence activities omitted in the statictics of production, incomes and employment are largely women's work. The assumption that males are house hold heads and breadwinners is one of the main reasons why women's work and their maintenance of their children is usually overlooked. The underestimation of women's activities in different fields leads to the under-allocation of resources and opportunities to women and programmes that affect them. The lack of joint conjugal funds, the segregated patterns of conjugal role relationships, the organisation of domestic groups in subsaharan africa lead to a considerable autonomy of wives. Women take part in the food strategy. The traditional division of labour by sex gives them a quasi-monopoly on growing, processing and selling their products. Low prices allow poor urban consumers to survice but prevent most women from getting a real independance. Women are kept apart the labour market : social patterns lead to segregation more than discrimination because they allow them neither to get the same educational level nor the same jobs as males.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 464 f
  • Notes : Thèse NON CORRIGEE 3 mois après la soutenance

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : BTT 550002%92-22
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.