Physiologie des stomates. Réponse à la lumière bleue des protoplastes de cellules de garde

par Hélène Gautier

Thèse de doctorat en Physiologie végétale

Sous la direction de Alain Michel Boudet.

Soutenue en 1991

à Toulouse 3 .


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    Un photorecepteur specifique absorbant dans le bleu a ete mis en evidence sur plante entiere. Lorsque la photosynthese est saturee sous lumiere rouge, un pulse d'une minute de lumiere bleue augmente de facon transitoire la conductance stomatique. Ce photorecepteur est situe au niveau des cellules de garde. Lorsque des protoplastes de cellules de garde sont eclaires sous lumiere rouge saturant la photosynthese, un pulse de lumiere bleue provoque une extrusion de protons, accompagnee d'une consommation d'oxygene avec une stchiometrie de 4h#+/o#2 consomme. Cette reponse dont l'intensite augmente avec la duree de pre-eclairement en lumiere rouge est inhibee par le dcmu. L'addition de nadh permet d'obtenir une reponse a un pulse de lumiere bleue a l'obscurite. Le role de la lumiere rouge serait donc de fournir du pouvoir reducteur. D'apres les analyses en spectrometrie de masse, les protoplastes de cellules de garde utilisent peu le pouvoir reducteur pour fixer le co#2. Une partie du pouvoir reducteur pourrait donc etre utilisee lors de la reponse a la lumiere bleue. Un transfert d'electrons plasmalemmique a ete mis en evidence par reduction d'un accepteur d'electron impermeant, le ferricyanure de potassium en spectrophotometrie et a ete visualise en microscopie electronique a transmission. L'addition de ferricyanure inhibe la reponse a la lumiere bleue. Cette inhibition pourrait etre liee a une competition vis-a-vis du pouvoir reducteur. L'acide okadaique, inhibiteur des proteines phosphatases, inhibe la reponse a la lumiere bleue. Des autoradiographies de gels de proteines de protoplastes de cellules de garde preleves sous lumiere rouge ou apres un pulse de lumiere bleue revelent que la lumiere bleue entraine la dephosphorylation de certaines proteines. La lumiere bleue activerait une proteine par dephosphorylation, ce qui entrainerait un transfert plasmalemmique de protons et d'electrons jusqu'a l'oxygene, accepteur terminal des electrons et une augmentation de l'ouverture des stomates

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 184-[19] f

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paul Sabatier. Bibliothèque universitaire de sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : 1991TOU30225
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.