La signature a l'oeuvre en peinture

par Alice Vincens-Villepreux

Thèse de doctorat en Sémiologie

Sous la direction de Georges Mailhos.

Soutenue en 1991

à Toulouse 2 .


  • Résumé

    L'etude de la signature a l'oeuvre en peinture montre que son apparition coincide avec la disparition de l'ecriture sacree et avec l'entree de la perspective dans la representation. Par son statut de phenomene et de theoreme, elle devient une theorie du signe, une theorie de l'individu, du sujet, du moi et une theorie esthetique. Elle decline l'identite, garantit l'authenticite, fait surgir l'idion du peintre dans ses marques etoilees, se rapproche de l'idee de style et par son pouvoir de reflexivite donne a voir qu'elle montr dans le desir de la representation de la representation. Index, icone, symbole, elle est la syntaxe du visible et du lisible, a l'origine des relations dans le tableau. Les topologies et les typologies de la signature sont extremement variees, de sa tenue a l'ecart de l'icone jusqu'a son integration a la representation. Elle introduit l'ego et pose la question de l'incorporation du peintre a son oeuvre, en hesitant entre l'ostentatoire et le derisoire. Element diachronique et evenement synchronique, elle donne lieu a l'oeuvre marquant la legitimite, la continuite biographique mais aussi le souci de soi. Toutes les analyses montrent que le nom propre assure paradoxalement l'expropriation du peintre du territoire pictural qu'il sacralise dans le meme temps. La signature est histoire, allegorie et embleme de la peinture lors qu'elle montre la disparition necessaire de ce qui la fonde. Chez vermeer et chez van eyck, dans les voyages du cartellino, dans les reseaux tisses par le nom propre avec le metier, le nom du pere, de la terre, les femmes et la mort, dans les effets de l'autoportrait, dans la nature morte, la signature interroge la presence et l'absence du peintre. Metonymie du peintre, oxymore de sa reiteration et de son epiphanie, du commun et de l'idion, syntaxe du corps du monde et du corps du peintre, elle regne au monde des paradoxes - trompe-l'oeil, trompe-nom - ou rien ne la definit mieux que l'entre-deux, l'entrelacs.

  • Titre traduit

    The signature at work in painting


  • Résumé

    When we study the signature at work in painting, we can say that its appearance coincides with the disappearance of the sacred writing, and with the beginning of the perspective in the representation. With its status of phenomenon and theorem, its becomes a theory of the sign, a theory of the identity and an aesthetic theory. It gives notice of identity, it's answerable for authenticity, makes the painter's "idion", gets closer to the style idea, and because of its ability of reflexiveness, it shows the will of the representation of the representation. As an index, an icon, a symbol, it's the syntax of visible and legible things. The topologies and the typologies of the signature are extremely varied, from its keeping out of the icon to its integration into the representation. It asks the question of the incorporation of the painter into his work, hesitating between the ostentatious and the derisory. As a diachronic element and a synchronic event, it gives birth to the work showing the legitimacy, the biographical continuation, and the concern of oneself too. All the analyses show that the name paradoxically guarantees the painter's expropriation out of the pictorial area. The signature is history, allegory and emblem of painting. In vermeer and in van eyck, through the travels of "cartellino", in the networks woven by the name with the work, the father'name, the name of the earth, women and death, in the results of selfportrait, in the still life, the signature questions the painter's presence and absence. As a metonymy of a painter, "oxymoron" of his reiteration and his epiphany, as a common thing and a "idion", as a syntax of the body of the world and of the body of the painter, it reigns in the world of paradoxes, where its best definition is interval and knotwork.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (455 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque :
  • Non disponible pour le PEB
  • Bibliothèque :
  • Disponible pour le PEB

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.TOU.LETT.1991
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : MFiche 223/703
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.