Relations évolutives dans le genre Hedysarum. : Apport de la tétraploïdie induite expérimentalement

par Mohamed Beji

Thèse de doctorat en Sciences de la vie

Sous la direction de Daniel Combes.

Soutenue en 1991

à Pau .


  • Pas de résumé disponible.


  • Pas de résumé disponible.


  • Résumé

    L'autotétraploïdie induite expérimentalement a été utilisée dans ce travail pour étudier les répercussions du doublement chromosomique sur le développement, les potentialités reproductives et les aptitudes à l'hybridation de quelques populations de cinq espèces du genre Hedysarum. Les informations fournies par des analyses multivariées convergent toutes vers une séparation nette de populations et des espèces aux deux niveaux de ploïdie 2x et 4x. Il en ressort que la réponse au doublement chromosomique est plus nette pour les caractères liés au gigantisme et à la reproduction que pour les caractères d'architecture ou de la croissance. La multiplication numérique des chromosomes s'accompagne d'irrégularites meïotiques, de modifications profondes de l'architecture des grains de pollen et une baisse des potentialités reproductives. L'analyse de divers résultats obtenus a permis de mieux comprendre l'incidence de l'autotétraploïdisation et d'émettre des hypothèses relatives aux critères de regroupements et de divergences au sein du genre Hedysarum.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (279 p.)

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Pau et des Pays de l'Adour. Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : USG 11165
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.