Contribution a l'etude de la biologie de xanthomonas campestris pathovar manihotis (arthaud-berthet et bondar) starr agent responsable de la bacteriose vasculaire du manioc, manihot esculenta crantz

par Jean-François Daniel

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de Alain Coléno.

Soutenue en 1991

à Paris 11 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'etude de la microflore bacterienne de la phyllosphere de plants de manioc dans des plantations contaminees par la bacteriose vasculaire du manioc permet de mettre en evidence la presence epiphylle de x. C. Pv. Manihotis. La capacite de cette bacterie d'avoir une phase epiphyte au cours du cycle de la maladie contribue a la formation de l'inoculum necessaire au declenchement de la maladie, a l'installation du pathogene au niveau de la plantation et favorise la survie. Les mecanismes intervenant dans la conservation de la bacterie permettent d'expliquer le caractere endemique de la maladie et son apparition dans des zones indemnes. Deux mecanismes sont essentiels: la capacite du pathogene d'avoir une phase epiphyte et sa conservation dans les tissus de l'hote. La quantite de bacteries epiphylles peut etre limitee par le niveau de resistance de l'hote. Ainsi, le niveau des populations presentes sur les cultivars tolerants (mb 27 et mb 38) ne different pas significativement de celui detecte sur les cultivars sensibles (mpembe et maloenda), mais est plus faible sur le cultivar resistant tms 30555. Chez le manioc, la resistance peut etre associee a la fois a une limitation des populations epiphylles et a une reduction de la multiplication de la bacterie dans les tissus foliaires. Cependant, d'autres mecanismes doivent intervenir comme le seuil d'infection, la sensibilite des tissus, la limitation de la colonisation du systeme vasculaire. La distribution lognormale des populations du pathogene a la surface des feuilles permet d'etablir une relation quantitative entre le niveau des populations epiphylles et l'incidence de la maladie. Ainsi, au debut du cycle cultural (cultivar mpembe, saison des pluies), le seuil de 10#4 ufc par feuille est en relation avec l'incidence de la maladie. Ce seuil n'est pas constant pour un couple cultivar-bacterie, mais depend des conditions environnementales et de la sensibilite


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 216 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Sud (Orsay, Essonne). Service Commun de la Documentation. Section Sciences.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : TH2014-010313
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.