Martin Luther et la culture musicale de son temps : de l'abstraction à la création

par Hubert Guicharrousse

Thèse de doctorat en Langues, littératures et civilisation romanes : autres langues

Sous la direction de Frédéric Hartweg.

Soutenue en 1991

à Paris 10 .


  • Résumé

    Si les créations liturgiques de Martin Luther sont fort connues, son cheminement vers la musique reste en revanche peu étudié. Partant d'une caractérisation de la culture musicale du réformateur, ce travail montre à quel point la conception médiévale de la musique dont celui-ci hérite, de par sa formation théologique, est marquée par l'abstraction et la spéculation, dont les racines sont à chercher dans la pensée grecque et patristique. Mais Luther parviendra à surmonter cette tradition grâce a un processus d'élaboration linguistique et exégétique : c'est ce que montre la partie centrale de ce travail, à travers une étude de la traduction par Luther des termes musicaux (surtout hébreux) de la bible, qui ont constitué pour lui un objet de réflexion philologique et l'ont conduit à abandonner l'exégèse allégorique pour se tourner vers la réalité musicale de son époque. La conception de l'écriture et de sa traduction a d'importantes conséquences théologiques. En effet, en privilégiant la parole comme son Luther accorde à la musique une place insigne dans le cadre général de sa doctrine sotériologique, la justification par la foi. Cet ancrage dogmatique permettra l'éclosion d'une culture musicale dynamique dans le luthéranisme, dont les conditions premières font l'objet de la troisième partie (hymnologique) de cette thèse. L'ensemble est abondamment illustré par des citations originales de Luther.

  • Titre traduit

    Martin Luther and the musical culture of his time : from abstraction to creation


  • Résumé

    Martin Luther’s liturgical creations are well known, however his intellectual progression towards music remains a little studied domain. The starting point of this study consists in a characterization of the reformer's musical culture; then it shows how the medieval musical conception from which he inherits through his theological formation is marked by abstraction and speculation - the origins of these ideas must be sought in Greek and patristic thought. But Luther will succeed in overcoming this tradition thanks to a process of linguistic and exegetical elaboration : the central part of this thesis purports to show this through a study of the translation by Luther of the musical terms of the bible (mainly the Hebrew ones), which constituted for him an object of philological reflection and led him to give up allegorical exegesis to turn towards the musical reality of his time. The conception of the scriptures and its translation had important theological consequences. In fact, by privileging the word as a sound, Luther grants music a distinguished position in the general framework of his soteriological doctrine, the justification by faith. This dogmatic anchoring will lead to a dynamic musical culture in Lutheranism, whose first conditions form the subject of the third (hymnological) part of this study. The whole is abundantly illustrated by original quotations from Luther’s works and requires a good knowledge of German, Latin and. . . French.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 1 vol. (539 f.-[38] f. de pl.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury
  • Annexes : Bibliogr. f. 510-530. Index. Lexique

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris Nanterre. Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : T91PA10025X

Cette version existe également sous forme de microfiche :

  • Bibliothèque : Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.
  • Non disponible pour le PEB
  • Cote : TH.MF.PA10.LETT.1991
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.