Processus d'invention et leurs déterminants économiques dans les systèmes techniques : le cas de quelques grandes inventions agro-alimentaires

par Michel Zitt

Thèse de doctorat en Sciences économiques

Sous la direction de Alain Bienaymé.

Soutenue en 1991

à Paris 9 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Cette thèse réexamine la théorie de la détermination des inventions par la demande, due à Jacob Schmookler, à partir d'une analyse des systèmes techniques et d'études de cas d'inventions majeures dans un secteur industriel, la transformation agro-alimentaire. Schmookler constate notamment que les fluctuations de la conjoncture sectorielle précèdent celles de la production de brevets (volet économétrique). Pour l'expliquer, il suggère un comportement quasi-maximiseur chez l'inventeur (volet économique) : la relation déterminante est celle qui relie profit d'invention et dimension de la cible économique anticipés, dès que l'on admet une offre statistiquement polyvalente et élastique de connaissances techniques. L'échelle des cibles est l'un des problèmes clefs, car les faiblesses du volet économique, notamment le traitement du risque et de l'incertitude, croissent en général avec la taille des enjeux et projets. L'examen de la structure des systèmes techniques permet d'affiner les distinctions invention radicale incrémentale et noyau périphérie de l'école évolutionniste. Dans la perspective proposée ici, des systèmes techniques locaux fortement contraints (branches), sont immergés dans un espace d'échange et de transferts. Chaque système technique local est considéré comme une hiérarchie de sous-systèmes technico-organisationnels emboités, qui constituent autant de cibles pour les inventions-transferts extérieures. La structure hiérarchique du système d'accueil conditionne la répartition des cibles, mais aussi mécanismes d'adaptation, d'apprentissage, d'obsolescence, de flexibilité qui sont au cœur du processus innovateur. Des arguments monographiques et statistiques (distribution des revenus d'invention) sont examinés.


  • Résumé

    The thesis examines Jacob Schmookler's theory of demand-pull invention. After an analysis of technical systems and cases studies of invention in the food processing industry. Schmookler observes (econometric fold of the theory) that fluctuations of sectorial conjuncture anticipate fluctuations in technological production (patents). In order to explain it, he sketches a model of quasi-maximisation behavior for inventors (economic fold): the determining relationship actually is between profit of invention and dimension of the economic target, as soon as a strong elasticity of technical knowledge supply is statistically admitted. The scale of the targets is a ley issue, since the shortcomings of the model, particularly the problem of risk and uncertainty, grow with the dimension of the stakes and project. Examining the structure of technical systems may allow deepening the distinction radical incremental invention or core-periphery that is now usual in the evolutionist approach. In the view suggested here, local technical systems with strong constraints (specific industry), are immerged in a universe of exchanges and transfers. Every local system is considered as a hierarchy of embedded technico-organisational subsystems each of them being a target for invention-transfers from outside. This hierarchy rules the distribution of targets, and the processes of adaptation, learning, obsolescence and flexibility. Arguments of monographic and statistical nature (distribution of invention incomes) are discussed. In this scheme, for large scale inventions uncertainty and remote horizon could at the best justify a dependence of inventive decisions upon long range

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : Thèse non reproduite

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris-Dauphine (Paris). Service commun de la documentation.
  • Disponible pour le PEB
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.