Étude spinoziste, Spinoza et l'espace projectif : étude sur Spinoza, Desargues et l'Ecole hollandaise : Jean De Witt, Johann Hudde, Franz van Schooten, etc..

par Yvonne Toros

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Gilles Deleuze.

Soutenue en 1990

à Paris 8 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    L'auteur de cette thèse prétend résoudre deux questions relatives à la pensée de Spinoza. La première concerne la nature des concepts géométriques auxquels se réfère implicitement le philosophe; la seconde, la nature de la relation qui unit entre eux les deux seuls attributs de la substance infinie perçus par l'entendement humain. Les historiens de la philosophie ont rapproche la conception de la mathématique qui serait celle de Spinoza de la conception qu'en avait Descartes et ont affirme que la mathématique aurait été conçue par Spinoza d'après la géométrie d'Euclide. Or, cette opinion non seulement a prévalu, mais elle s'est trouvée confortée par Martial Gueroult qui a cru expliquer la conception génétique de la géométrie, chez Spinoza, par la réforme apportée par Saville et Hobbes au procédé de démonstration euclidien. Le parallélisme des attributs de la substance a paru impliquer, par voie de conséquence, une relation de symétrie entre les choses existantes sous chacun de ces attributs. Notre thèse est que la méthode géométrique de Spinoza est celle de Girard Desargues (diffusée par Abraham Bosse) et sa géométrie. Celle des coniques. Le parallélisme se manifeste alors par la dualité; le modèle géométrique de l'étendue est le plan géométrique et celui de la pensée, le point, dans le champ conceptuel de la géométrie arguesienne. Ce dont nous avons tente d'apporter la preuve en montrant que le cercle de Spinoza s'interessait de manière active aux coniques, et en fournissant une analyse serree des textes de spinoza. Cette analyse donne a voir l'affinité qui rapproche Spinoza et Desargues.


  • Résumé

    The author of this thesis intends to resolve two issues in Spinoza's thought. The first concerns the nature of the geometrical concepts to which spinoza refers; the second concerns the nature of the relation which unites the only two attributes of the infinite substance perceived by the human intellect. Historians of philosophy have derived the conception of mathematics in spinoza from that of descartes, stating that spinoza understood mathematics after the manner of euclid. Not only did this opinion prevail, but it was also supported by martial gueroult, who explained the genetic conception of geometry in spinoza by the reforms in the procedures of euclidean proofs brought about by saville and hobbes. Consequently, the parallelism of the attributes of substances appeared to imply a symmetry between the things existing under each attribute. Our thesis is that spinoza's geometrical method is taken from Girard Desargues (publicized by abraham bosse) and that his geometry is one of conic sections. The parallelism is thus a duality : the geometrical model of extension is that of a geometrical plane; while that of thought is the point ( as is the case in the conceptual field of arguesian geometry). We have attempted to prove this first by showing that spinoza's intellectual circle took an active interest in conic sections, and second by a close reading of Spinoza's texts. This analysis shows the affinities between Spinoza and Desargues.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Détails : 2 vol. (535 f.)
  • Notes : Publication autorisée par le jury

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : THC 485/1,2
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.