Effets de l'egf et du fgf acide sur la proliferation et la differenciation de cellules osseuses formant une matrice mineralisee in vitro

par Véronique Nicolas

Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie

Sous la direction de NADINE FOREST.

Soutenue en 1991

à Paris 7 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    Le but de ce travail est d'analyser les effets de deux facteurs de croissance, l'egf et fgf acide sur la proliferation et la differenciation de cellules osseuses isolees de calottes craniennes de ftus de rat. Les effets mitogenes de ces facteurs sont mesures par incorporation de thymidine tritiee et numeration cellulaire, sur des cellules pre-confluentes ou confluentes poussant en presence de serum a 2%. L'effet mitogene est proportionnel a la dose et est maximal au bout de 18 h. La densite cellulaire provoque un deplacement des doses de demi-stimulation vers des concentrations plus importantes, ce qui pourrait etre lie a une diminution du nombre de recepteurs a ces facteurs. Le fgfa est plus puissant que l'egf et reduit le temps de doublement apparent de la population cellulaire. Dans une deuxieme partie, nous nous sommes interessees aux effets de l'egf et du fgfa sur la differenciation des cellules osseuses, en suivant l'expression de la phosphatase alcaline (pa) et la formation des nodules osseux. L'activite pa augmente au cours du processus de mineralisation pour atteindre une valeur maximale de 400 nmole/min/mg proteine, au 15eme jour de culture. Le pm apparent de cette proteine est de 120000. L'addition des facteurs induit une transformation transitoire de la morphologie cellulaire. L'egf et le fgfa inhibent l'activite pa surtout des cellules non confluentes et cette inhibition est fonction du temps de traitement et de la concentration. Cet effet differentiel est confirme par l'analyse histochimique et biochimique de l'activite enzymatique. Ces facteurs de croissance additionnes aux premiers jours de culture retardent l'apparition et diminuent la taille des nodules osseux au 15eme jour alors que l'activite pa est restauree. Dans le but d'identifier les cellules sensibles a l'egf et au fgfa, un double marquage par le brdu (un analogue de la thymidine) et la pa montre que les cellules differenciees ne proliferent pas. Puis, une etude de la liaison du fgfa aux cellules osseuses en culture met en evidence 3 types de recepteurs au fgfa et de pm apparent 120000, 105000 et 85000. Enfin, nous avons cherche a localiser le fgfa au niveau cellulaire et tissulaire. Des techniques d'immunofluorescence demontrent la presence de fgfa dans certaines cellules et semblent mettre en evidence du fgfa au niveau de la matrice osteoide in vivo


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 131 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Paris Diderot - Paris 7. Service commun de la documentation. Bibliothèque Universitaire des Grands Moulins.
  • Accessible pour le PEB
  • Cote : TS1991
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.