Igm monoclonales anti-glycosphingolipides associees a une atteinte du systeme nerveux peripherique : detection et etude de la reactivite avec les cellules nerveuses humaines

par Marie-Odile Jauberteau-Marchan

Thèse de doctorat en Sciences médicales

Sous la direction de Pierre Buser.

Soutenue en 1991

à Paris 6 .

    mots clés mots clés


  • Résumé

    La responsabilite directe des igm monoclonales humaines dont l'activite autoanticorps est dirigee contre des constituants antigeniques du systeme nerveux est evoque lors de certaines atteintes neurologiques peripheriques. Differentes techniques de detection de la reactivite des igm de serums de patients souffrant de ces affections sont decrites. Les igm reagissent le plus souvent avec les sulfoglycolipides a acide glucuronique, dont le principal glycolipide antigenique du nerf peripherique est le sulfoglucuronyl-paragloboside (sgpg). Dans ces cas, les igm anti-sgpg ont une reactivite croisee avec la glycoproteine associee a la myeline (myelin-associated glycoprotein, mag). L'atteinte clinique associee est habituellement une neuropathie peripherique demyelinisante. Une igm de specificite differente a ete decouverte chez un patient ayant un syndrome de la corne anterieure d'etiologie indeterminee. Dans ce cas, une activite autoanticorps antigangliosides gm1 et gd1b a ete caracterisee. Des cultures primaires de cellules nerveuses humaines ont ete realisees pour determiner la reactivite de ces igm avec les cellules gliales et neuronales. La realisation de ces cultures a permis d'obtenir des oligodendrocytes et des neurones a partir de systeme nerveux central embryonnaire. Des cellules de schwann ont egalement ete obtenues dans les cultures de systeme nerveux peripherique adulte et embryonnaire. Ce materiel a permis de montrer la reactivite des igm anti-sgpg avec les oligodendrocytes et les cellules de schwann, et celle de l'igm anti-gm1 et gd1b avec les neurones. Des variations des specificites fines des igm anti-sgpg et mag ont ete observees, certaines de ces igm ayant une reactivite croisee avec des neurones. Le role pathogene de ces igm a activite autoanticorps est discute


  • Pas de résumé disponible.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Annexes : 412 REF

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université Pierre et Marie Curie. Bibliothèque Universitaire Pierre et Marie Curie. Section Biologie-Chimie-Physique Recherche.
  • Accessible pour le PEB
  • Bibliothèque : Centre Technique du Livre de l'Enseignement supérieur (Marne-la-Vallée, Seine-et-Marne).
  • Disponible pour le PEB
  • Cote : PMC RT P6 1991
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.