Un dialogue franco-allemand de l'entre-deux-guerres : la deutsch-franzosische rundschau (janvier 1928 - juin 1933) et la revue d'allemagne (novembre 1927 - decembre 1933)

par BEATRICE PELLISSIER BEERBLOCK

Thèse de doctorat en Études germaniques

Sous la direction de Jacques Ridé.

Soutenue en 1992

à Paris 4 .


  • Résumé

    A la suite des accords de locarno, le publiciste otto grautoff reussit a convaincre la wilhelmstrabe et le quai d'orsay de soutenir deux revues sur la vie intellectuelle du pays voisin. Elles traitent de trois grands themes : litterature, politique et civilisation. Organe de la deutsch-franzosische gesellschaft, la deutsch-franzosische rundschau n'est pas une revue litteraire, mais elle considere que les lettres francaises revelent au mieux l'esprit francais. Au service de la "revisions politik" du ministere dont elle est un relais officieux, elle s'interesse surtout aux relations franco-allemandes et neglige l'evolution interne des pays. La dfr reprend les images de la france developpees par la "frankreichkunde" et rapporte aussi minutieusement les acitvites de nombreuses associations franco-allemandes. La revue d'allemagne, en revanche, se concentre davantage sur les realites de l'allemagne. Si elle met l7accent sur la litterature, elle rend compte avec interet puis apprehension du succes de "la philosophie de la vie" qui rompt avec le rationalisme. De meme, la ra etudie le regime de weimar et suit avec inquietude les progres du nazisme auquel elle finira par se resigner. L'annee 1930 constitue un clivage dans les rapports intellectuels entretenus dans les deux revues avant la rupture fatale de 1933.


  • Résumé

    After the locarno agreements, the art critic otto grautoff succeeded in talking the wilhlmstrabe and the quai d'orsay into supporting two magazines open to the neighbouring countries' intellectual life. Both dealt with three major topics : literature, politics and civilization. Organ of the deutsch-franzosische gesellschaft, the deutsch-franzosische rundschau was not a literary review but it considered that the french mind was best brought out by french literature. In the service of the "revisionspolitik" of the ministery it unofficially relayed, it was mostly interested in the french-german relationships and overlooked the countries' inner evolution. The dfr took up the images of france developed by the "frankreichkunde" and also reported the activities of several french-german associations. On the other hand, the revue d'allemagne paid greater attention to the situation in germany. If it laid emphasis on literature, it also explained with interest first and next with anxiety the success of the vitalist philosophy that broke with rationalism. All the same, the ra studied the weimar regime and anxiously followed the progress of nazisms to which it eventually resigned. In 1930 there was a split in the intellectual relationships fostered by both reviews before the inevitable

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe sous forme papier

Informations

  • Notes : THESE NON CORRIGEE

Où se trouve cette thèse ?

  • Bibliothèque : Université de Paris-Sorbonne Paris 4. Service commun de la documentation. Bibliothèque Serpente.
  • Consultable sur place dans l'établissement demandeur
  • Cote : BUT 2653
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.